Forte d’une solide expérience acquise au travers de ses nombreux mandats durant une carrière politique exemplaire – adjointe à la mairie de Perpignan, vice-présidente de l’UDSIST, députée européenne… – Marie-Thérèse SANCHEZ-SCHMID (LR/ Les Républicains – tendance Fillon) a décidé de briguer l’un des deux fauteuils de sénateur qui seront renouvelables au mois de septembre prochain.

Les deux sénateurs des P-O sortants, et qui ont décidé d’être candidats à leur propre succession, sont : François CALVET (LR/ Les Républicains), maire de Le Soler et 1er vice-président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) ; et Hermeline MALHERBE (PS), présidente du Conseil Départemental.

Marie-Thérèse SANCHEZ-SCHMID, bien que candidate de la première heure (puisque elle avait annoncé sa candidature au tout-début du dépôt des investitures auprès de la commission nationale des investitures de LR), n’a pas été retenue par les instances nationales qui lui ont préféré Jean SOL, élu de Bompas et conseiller départemental LR. D’autres candidats à l’investiture de LR n’ont pas vu leur candidature validée, tel que Jacques MANYA, maire de Collioure, mais entre temps ce dernier aurait eu l’investiture « Majorité présidentielle » (LREM)..

Marie-Thérèse SANCHEZ-SCHMID est toutefois décidée à se maintenir. Elle a déjà commencé depuis belle lurette son combat électoral, avec des contacts et de nombreuses visites sur le terrain, auprès des élus locaux, dans les mairies et d’autres institutions en Cerdagne, Conflent, Vallespir, sur la Côte Radieuse, dans la communauté urbaine PMM : « Je souhaite pouvoir mettre mon réseau de personnalités, d’entreprises, etc., construit pendant tout mon mandat de députée européenne, au service du territoire, au service de l’ensemble des collectivités locales et territoriales des P-O. Voilà ma démarche, telle est mon ambition. Pendant mon mandat à Bruxelles et Strasbourg, j’ai rempli un carnet d’adresses au fil de précieuses rencontres avec des décideurs, j’ai établi des liens étroits avec des personnalités de tous bords, susceptibles de nous accompagner dans de formidables projets, j’ai jeté des « ponts » entre les régions européennes comptant parmi les plus dynamiques… A moi maintenant d’expliquer tout cela devant les grands électeurs du département, c’est ce que je m’efforce de faire depuis de longs mois pour aboutir à cette candidature, au travers de laquelle je veux rassembler toutes les sensibilités de la droite républicaine et du centre ».