S’estimant « mis en cause violemment dans une lettre adressée par Jean Paul Alduy (Parti radical) – président de l’Agglo PMCA et 1er adjoint de la Ville de Perpignan – aux conseillers municipaux de l’équipe Perpignan-au-Coeur, concernant les élections sénatoriales », François Calvet (UMP), sénateur des Pyrénées-Orientales, maire de Le Soler et vice-président de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’agglo PMCA), a décidé de dégainer à son tour…

« J’ai connu dans ma vie politique la victoire, mais aussi la défaite, ce qui compte c’est l’analyse que l’on en fait. Je laisserai à Monsieur Alduy le soin de faire la sienne. Je voudrais simplement faire l’analyse de ma victoire. Durant cette campagne, j’ai toujours affiché clairement ma conviction politique, candidat représentant l’UMP, j’en suis d’ailleurs le Président départemental. Paul Blanc, avec qui je partage depuis toujours des liens forts d’amitié, a décidé de ne pas renouveler son mandat, j’ai été désigné par l’UMP pour prendre sa suite. 2 sièges étaient à pourvoir, j’ai donc gardé le siège de Paul Blanc, malheureusement Monsieur Alduy a perdu le sien.Dans l’analyse des résultats évoqués par Monsieur Alduy, on n’y trouvera aucun complot. Ils ont d’ailleurs été publiés dans les médias car lors du dépouillement, 135 enveloppes contenaient 2 bulletins « Alduy-Bourquin » et 132 enveloppes 2 bulletins « Calvet-Bourquin ». Même si je comprends son amertume, l’interprétation de ces résultats, n’a pas d’autre explication que le travail de proximité, l’écoute, la sincérité, les convictions et une présence sur le terrain depuis 20 ans en tant qu’élu régional, député et maire. J’ai pris beaucoup de plaisir à faire cette campagne. Je serai donc maintenant présent sur tous ces territoires pour y effectuer mon travail de sénateur et je serai l’élu de tous. Quant au grand débat national de la présidentielle et des législatives, j’accompagnerai nos candidats de toute ma force et de tout mon coeur. J’espère qu’il en sera de même pour Monsieur Alduy« .