Il y a une part importante de « gaullisme » dans le comportement politique de Guy Ilary, maire de Tautavel, conseiller général du canton de Latour-de-France et, surtout, président de la puissante Association départementale des maires et des adjoints des Pyrénées-Orientales (fonction locale suprême qui ferait rêver tous nos élus roussillonnais le matin en se rasant…).
En tout cas, c’est certainement pour occuper ce poste stratégique sur l’échiquier politique départemental, que Guy Ilary a été approché à plusieurs reprises par les deux candidats de droite aux prochaines sénatoriales – Jean-Paul Alduy (UMP/ Parti radical), président de l’agglo PMCA, adjoint au maire de Perpignan et sénateur sortant ; et François Calvet (UMP), maire de Le Soler, vice-président de l’agglo PMCA et député de la 3ème circonscription des P-O – pour être (ou ne pas être… en l’occurrence c’est ce qu’il a choisi !) leur suppléant. A chaque fois, déjouant les pièges et les pressions d’un système complexe, du fait justement de sa présidence de l’Association des maires et des adjoints, Guy Ilary a dit « niet » sur le fil du rasoir…
En tout cas, Jean-Paul Alduy présentera bientôt le sien, de suppléant (Bernard Remédi, maire de Prats-de-Mollo/ La Preste et président du Groupe des Non-Inscrits à l’assemblée départementale), tandis qu’on connait déjà très officiellement celui de François Calvet, Jean-Pierre Roméro (maire de Port-Vendres et ancien secrétaire général de la Chambre de commerce et d’industrie de Perpignan et des Pyrénées-Orientales). Voilà ! C’est tout, pour aujourd’hui.