Communiqué de presse.

Sandrine DOGOR, responsable Rassemblement National de la troisième circonscription des Pyrénées Orientales et candidate au deuxième tour des législatives 2017, dénonce la gestion politicienne de la déviation de la RN 116 

 

« La circulation s’intensifiant entre la plaine Roussillonnaise, les plateaux Cerdans, Capcinois et la montagne, la RN116 est devenue progressivement une 2 X2 voies de Perpignan à Ille ouest. De ce fait toutes les communes côté Perpignan ont vu leur population augmenter.
En 1998, un grand projet de déviation (Nord) de Marquixanes, engageant des études importantes et coûteuses est lancé, celui-ci devint caduque pour non faisabilité technique et géologique. Malgré cela en 2017, au mépris des constats de 1998, les socialistes exhument ce projet, alors que des habitations ont été construites avec des certificats d’urbanisme et des permis de construire validés en 2016! Initiative que le parti présidentiel « En Marche » (LaREM) et son élue Laurence GAYTE (députée de la 3ème circonscription des P-O, NDLR), reprendront à leur compte, sans se soucier de la réalité du terrain ,de l’impact humain, psychologique et écologique, subit par la population de Marquixanes, les ruraux n’étant pas la tasse de thé des macronistes.
Quelques années auparavant, un nouveau projet, côté sud du village, était envisagé avec un avis favorable du premier ministre FILLON et promulgué. Pourquoi ne pas avoir gardé ce projet de très belle conception ?
Dépenser l’argent public dans les études sans suite, comme ce fut le cas en 2008, démontre de la part des décideurs une légèreté économique préjudiciable à tous. Les différentes études de déviation de la RN 116, y compris la non prorogation de la DUP de juillet 2018 ont couté à ce jour plus de 5 millions d’euros sans le moindre coup de pioche !!!
Arrêtons de financer des études alors que l’impossibilité technique a déjà été révélée par le passé. Stoppons ces projets qui n’aboutissent pas et qui sont relancés selon les étiquettes politiques en place afin obtenir de l’électorat juste avant les élections.
Voilà où passe notre argent Mesdames et Messieurs !
Notre département subit de plein fouet les caprices des élus, avec des politiques économiques d’alternance totalement incohérentes, ce qui prive notre bassin d’emplois d’un développement qui pourrait être prolifique, salutaire et économiquement pacificateur.
Le Rassemblement National, implanté localement et nationalement, est en mesure de proposer des solutions pour parvenir à ce résultat. Elections après élections, une marche est franchie afin d’obtenir le changement de maitrise de la dépense publique en respectant chaque contribuable.
Dès le 26 mai exprimez votre souhait de changement pour l’Europe, la France et les Pyrénées Orientales ».

 

Sandrine DOGOR (RN).