Communiqué de presse du SNALC-FGAF

« Rythmes scolaires : arrêtons le massacre !

Le SNALC-FGAF et le SNE-FGAF ont pris connaissance du projet de décret visant à « assouplir » la réforme des rythmes scolaires. Si nous partageons la volonté affichée par Benoît Hamon de faire en sorte que tous les élèves progressent dans les apprentissages fondamentaux, nous ne voyons toujours pas en quoi la réforme des rythmes scolaires y contribuerait.Le SNALC-FGAF et le SNE-FGAF ne se satisfont donc pas du dispositif proposé, qui ne règle aucun des problèmes majeurs posés par la réforme, problèmes que nos organisations avaient depuis longtemps anticipés. En effet, le financement n’est toujours pas assuré, les inégalités entre communes riches et communes pauvres, entre communes urbaines et communes rurales toujours pas résorbées.Le SNALC-FGAF et le SNE-FGAF dénoncent surtout le fait que les professeurs des écoles se voient de plus en plus dépossédés de l’organisation des apprentissages scolaires, qui sont primordiaux, pour des raisons essentiellement économiques et idéologiques. La réduction possible des vacances d’été (qui peut même être imposée à certaines écoles contre l’avis du conseil d’école) est également pour nous un point inacceptable.

En conséquence, et à partir du moment où l’horaire d’enseignement hebdomadaire demeure de 24h, le SNALC-FGAF et le SNE-FGAF continuent de demander l’abrogation du décret et revendiquent que ce soient les conseils d’école qui décident de l’organisation du temps scolaire, y compris en maintenant s’ils le souhaitent la semaine de 4 jours ».