Marie-Thérèse Costa Fesenbeck, secrétaire départementale du FN’66 et conseillère régionale des P-O.

L’incendie politique est parti du Barcarès, la semaine dernière, lors d’une réunion qui avait été convoquée par d’anciens militants de l’UMP’66 (à l’image de Véronique Pastoureau) et d’ex-membres de la fédération catalane du PS (Daniel Philippot) -tous les deux membres du groupe d’opposition municipal barcarésien, « Vers un nouveau départ » –  sous le parrainage et avec la bénédiction de la secrétaire départementale du Front national’66, Marie-Thérèse Costa Fesenbeck, par ailleurs conseillère régionale des P-O.

Bizarrement, ce rapprochement idéologiquement explosif, s’est tenu en tenant précautionneusement à l’écart quelques « Frontistes » historiques locaux… Et les rares FN présents – tel M. Pierre Aloy (toujours responsable FN de la 2ème circonscription « d’Axat à Saint-Cyprien » comme il aime à le répéter – ont eu « le désagréable sentiment d’être tombé dans un guêt-apens ! ».

Bref, aujourd’hui, le feu politique s’étend à toute la Salanque, où, de Saint-Laurent au Barcarès, les militants et sympathisants ont l’impression d’être les dindons d’une farce qu’ils digèrent mal : « D’abord notre candidate, Irèna Kortanek, qui aurait pu se maintenir au second tour des élections législatives de juin dernier, se retire à la demande de Louis Aliot, notre vice-président FN, en faveur du député sortant UMP, Fernand Siré… Et aujourd’hui, c’est notre secrétaire départementale du FN’66, Marie-Thérèse Fesenbeck, qui favorise une alliance contre nature entre le mouvement Bleu-Marine et l’ancien colistier socialiste de la liste de gauche menée par M. Jimenez aux municipales de 2008 sur Le Barcarès … C’est fou ! Quelle est la ligne de conduite dans tout ça ? Où sont passées les convictions politiques de Jean-Marie Le Pen ? (…) ».

La pilule a du mal à passer chez les militants FN de la 2ème circonscription des P-O. Les uns envisagent de renvoyer leur carte au parti. D’autres, très remontés, menacent carrément d’organiser « une conférence presse pour brûler nos cartes d’adhérents en direct devant les photographes ! ».

D’un aveu unanime, il est grand temps que « Louis Aliot reprenne en main la fédération départementale FN’66 ! »