« Notre région, ni Languedoc ni Midi-Pyrénées : Catalogne Nord »

Sous ce titre, Unitat Catalana communique :

« La nouvelle loi territoriale, élaborée précipitamment, va encore ajouter de la confusion et du désordre dans un quinquennat qui, incapable de s ’attaquer au problème de la relance de l’activité économique et de la réduction du chômage, en est réduit, pour faire croire qu’il agit, à gesticuler dans un désordre que l’application de la loi sur l’école vient de mettre en évidence.

Première chose inadmissible: la façon dont la réforme, et en particulier la nouvelle carte des régions, a été établie: un soir en toute précipitation par une poignée de ministres. On se croirait à l’époque de Louis XIV ! Comment un projet qui engage l’avenir peut-il être ainsi décidé, sans aucune consultation des intéressés? Et pire encore, comment nos responsables politiques peuvent-ils accepter cette procédure ?

Dénoncer toutes les absurdités de la carte régionale actuelle ou future serait trop long, tellement il y en a! Partout en Europe les « régions » sont des territoires qui ont une unité culturelle et historique indéniable d’où des régions parfois grandes et parfois plus petites. Il n’y a qu’en France où un dirigeant ou un bureaucrate peuvent se permettre de faire des régions en regroupant n’importe quoi n’importe comment! Résultat: nous avons des régions sans âme, sans dynamisme et donc très difficiles à mobiliser autour d’un projet. Et la nouvelle carte n’y changera rien.

Cette vision technocratique a toujours été dénoncée par Unitat Catalana qui continue à militer pour une région Catalogne Nord. On nous objectera qu’elle serait trop petite, ce qui est absurde car le dynamisme d’un pays ou d’une région n’est pas fonction de sa taille. Des régions autonomes comme La Rioja en Espagne ( 324 000 habitants), le Val d’Aoste en Italie ( 130 000 habitants ) ou Brême en Allemagne (663 000 habitants) ont des populations semblables ou inférieures à celle de la Catalogne Nord et leur habitants ne vivent pas plus mal que ceux des régions voisines. Par ailleurs, nul doute qu’une région Catalogne Nord pourrait jouer un rôle clef dans les relations entre la Catalogne Sud autonome, et probablement bientôt indépendante, et les territoires occitans voisins. C’est le seul moyen de redonner du dynamisme à Perpignan et donc à la Catalogne Nord. En effet, notre appartenance à une région dominée par Montpellier ou par Toulouse signifie le déclin de Perpignan qui va être encore accentué par la disparition du Conseil Général.

En ce moment particulièrement sombre pour l’avenir de notre Pays catalan et devant la disparition des institutions du département des Pyrénées Orientales, qui en quelque sorte nous représentaient, il faut plus que jamais travailler à l’unité de notre peuple autour de sa langue et sa culture catalanes avec toujours cet objectif d’obtenir la reconnaissance institutionnelle de la Catalogne Nord ».