Le député européen Daniel Cohn-Bendit livre, dans un entretien paru vendredi 22 juin 2012 dans le quotidien Libération, un réquisitoire très dur contre Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV), dont « l’image est devenue détestable », dit-il, et contre la « chef de clan » Cécile Duflot, tout en menaçant de quitter EELV.

« On existe à l’Assemblée, au Sénat et au gouvernement, mais plus dans la société. Nos succès institutionnels ne sont pas accompagnés, bien au contraire, d’une dynamique citoyenne. Notre image est devenue détestable. Nous avons échoué là où on voulait redonner espoir en faisant de la politique autrement. Aujourd’hui, nous incarnons souvent l’insoutenable légèreté de l’arrivisme », assène Daniel Cohn-Bendit dans cet entretien.

On croirait entendre, dans le détail, Christian Bourquin (PS), sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, s’exprimant à propos de la direction départementale d’EELV… D’ailleurs, dans son proche entourage, on n’a pas manqué de rebondir sur ces propos : « Il nous aurait consulté ici, dans les Pyrénées-Orientales, depuis plusieurs années que cela aurait été exactement cela… Lucide, ce Cohn-Bendit ! ».