Communiqué de presse

« Le rassemblement de toutes les forces de gauche dès le premier tour de scrutin aurait s’en doute rendu possible la victoire d’un candidat progressiste le 7 mai prochain.
Le MODEF ne se reconnaît pas dans la politique libérale portée par Emmanuel Macron mais, face aux dangers véhiculés par les négationnistes « LePennistes » et à la mémoire de ceux, trop nombreux, qui ont perdu la vie pour préserver nos libertés et la grandeur de la France, nous lui accorderons nos suffrages.

Le MODEF revendique un changement radical de politique agricole qui passe par le développement de l’Agriculture familiale et paysanne. Cette Agriculture que nous promouvons porte, dans son essence même, les valeurs du produire bon. Le marché libéral auquel nous sommes confrontés ne paie pas forcément la qualité à son juste prix. C’est pourquoi un nombre de plus en plus important d’agriculteurs s’impliquent comme acteur direct pour capter la plus-value qui leur échappe depuis tant d’années. Mais cependant, tous les paysans français ne pourront pas vendre en direct et c’est pour cela que le MODEF demande que l’Etat mette en place un prix minimum garanti afin d’assurer l’avenir de nos exploitations familiales.

L’installation de jeunes et de nouveaux agriculteurs devient un enjeu prioritaire, en 2015 la moitié des exploitants agricoles avait plus de 55 ans. Le prochain gouvernement devra prendre à bras le corps la question de l’installation sinon une fin d’activité généralisée de la profession agricole est à prévoir dans les 10 ans. Des outils d’accompagnement à la transmission doivent être proposés aux agriculteurs plusieurs années avant leur départ en retraite. Par ailleurs, le prix du foncier inquiète de plus en plus les éventuels repreneurs ; les bulles spéculatives s’attaquent aujourd’hui aux terres agricoles. Le MODEF revendique la mise en place d’un prêt à taux zéro plafonné à 50 000 € pour tout projet d’installation, l’exonération des charges sociales durant la période d’installation et la mise en place d’une subvention nationale ou européenne pour aider les chefs d’exploitation en fin de carrière à transmettre leur outil de travail.

Ces dernières années, les agriculteurs français subissent de plein fouet les crises structurelles, conjoncturelles et sanitaires. Pour le MODEF, il est indispensable de retrouver des prix rémunérateurs en mettant en place de véritables outils européens de régulation des volumes de production et le coefficient multiplicateur dans le but d’assurer une répartition équitable de la plus-value de la production agricole.

Le MODEF appelle à faire barrage au Front National au second tour tout en prévenant qu’un vote MACRON ne signifierait pas notre adhésion à son programme ultra-libéral ».