Depuis l’annonce faite, hier par courrier, très officiellement, auprès des militants socialistes de la fédération catalane, qu’il rejoignait le candidat à la présidentielle Emmanuel MACRON, le député Jacques CRESTA (PS) est la cible de tous les noms d’oiseaux sur les réseaux sociaux et, à commencer, dans les rangs socialistes où on n’hésite pas à l’affubler des vocables de : « traitre », « opportuniste »… jusqu’à la 1ère secrétaire fédérale,Ségolène NEUVILLE, par ailleurs secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, qui vient d’adresser un courrier au siège national du PS, rue Solférino à Paris, pour savoir « quelles mesures de rétorsion » faut-il prendre dans ce cas de figure : exclusion ou pas ?
Jacques CRESTA aura de nombreuses occasions dans les semaines à venir pour expliquer son choix, se justifier, en tout cas pour détailler sa stratégie. « Celles et ceux qui l’entourent savent, eux, combien et comment Jacques CRESTA, avec ses convictions d’homme profondément ancré à gauche, reste un homme libre, loin des tambouilles politiciennes locales, et qui a toujours su prendre ses responsabilités dans la tourmente. Son bilan de parlementaire est celui d’un homme de progrès, qui a toujours su écouter, entendre », confie un proche.
À suivre.