« Calder : Hermeline Malherbe s’approprierait-elle l’intervention de la conseillère départementale Isabelle de Noëll-Marchesan ? »… Sous ce titre, Isabelle de Noëll-Marchesan, conseillère départementale des P-O, nous communique :

 

-« Lors de la session du Conseil départemental je suis intervenue lors d’un échange sur l’oeuvre de Calder implantée devant le collège Saint Exupéry au Moulin-à-Vent, sujet qui fait polémique depuis quelques jours. Je vois dans l’article paru mardi 21 juillet que la présidente du Conseil départemental reprend à son compte mon projet « d’intégrer l’œuvre à un circuit touristique »

Mon intervention :

Dans le cadre de notre assemblée et en réponse à l’article de l’Indépendant traitant de l’œuvre de Calder implantée devant le Collège Saint Exupéry de Perpignan, œuvre peu respectée et régulièrement objet de dégradations je me permets d’apporter les précisions suivantes :

Lors de l’implantation du Campus Universitaire en centre-ville il y a quelques années, dans le cadre d’une vaste concertation avec les Riverains en tant que maire de quartier sud j’ai impulsé une réflexion sur la nature de cette liaison douce entre le campus du Moulin-à-Vent et le Campus Mailly. Cette liaison devait assurer le lien privilégié entre deux quartiers majeurs de Perpignan, être la voie douce fréquentée par les personnes les plus jeunes aux plus avancées dans l’âge. Ce cheminement était sécurisé, la voie suffisamment large et adaptée pour que se croisent sans risques les piétons et les deux roues mais aussi les fauteuils pour les personnes en situation de handicap, les familles avec les poussettes.

Afin de rendre plus attrayante cette liaison, plus fréquentée, plus emblématique également, un maillage de cette voie par des œuvres d’artistes avait été programmé. L’oeuvre de Calder marquait le point de départ de cet itinéraire culturel à ciel ouvert qui se complétait avec d’autres œuvres sorties des réserves de nos collectivités, œuvres adaptées à l’extérieur bien entendu. Ces œuvres auraient ponctué la liaison depuis le Moulin-à-Vent jusqu’au centre-ville.

Des points d’étape auraient également incité les passants à faire une halte culturelle également aux Archives départementales, à la médiathèque Jean d’Ormesson, dans la ville nouvelle du Moulin-à-Vent qui a reçu le 21 mai 2015 le label « Patrimoine du XXe siècle », mais aussi dans le cœur historique de Perpignan, le quartier Saint Jacques.

L’œuvre de Calder, par le bais de ce projet, sort enfin de « l’ignorance », prend tout son sens, et se voit ainsi attribué la lumière et le respect qu’on lui doit ».