De sources officieuses, Pierre Ginabat, après ses insuccès pour lancer « un véritable quotidien d’information » sur le sol roussillonnais, se serait tourner vers le lancement d’un hebdomadaire, formule moins coûteuse (Qui nécessite en tout cas moins de fonds et donc de partenaires) et moins risquée par les temps de crise qui courent dans le secteur pourtant ô combien sinistré de la presse écrite.

Dans l’entourage des investisseurs séduits par le projet d’un magazine version Pierre Ginabat, ancien directeur administratif et financier du quotidien L’Indépendant (Groupe Les Journaux du Midi), on reconnait « Qu’actuellement l’offre des hebdos dans les P-O est désuète, pour ne pas dire obsolète (…). Il s’agit d’hebdos d’opinion et pas d’information, ou alors d’hebdos fourre-tout qui entre deux règlements de comptes insèrent des communiqués comme on compose un annuaire téléphonique (…). Ceci expliquerait pourquoi les hebdos traditionnels rencontreraient des difficultés financières. Et en plus ils n’ont pas de plumes originales ! Il y a un boulevard devant nous pour créer un hebdo papier dans le département, L’Echo du Roussillon fera justement écho à cette demande (…) ».