Dans un « billet » surréaliste publié ce jour, samedi 19 décembre 2020, le Directeur du journal L’Indépendant, Alain Baute, place le conflit qui l’oppose au président de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM), Robert Vila (LR/ Les Républicains), par ailleurs maire de Saint-Estève et conseiller départemental, au niveau… d’Amazon !?… C’est tout simplement incompréhensible.

De quoi parle-t-on ?

Robert Vila reproche au journal local « d’inciter » fréquemment ses lecteurs, les habitants des P-O, par le biais de pavés publicitaires et/ ou de publi-reportages, à se rendre en principauté d’Andorre pour y effectuer leurs achats. En cette période compliquée, due à la crise sanitaire, économique et sociale du coronavirus (COVID-19), le Président de PMM trouve ces choix publirédactionnels pour le moins « indécents et déloyaux » au regard des nombreuses difficultés que rencontrent les commerces dits « de proximité » sur notre territoire.

C’est son droit. Comme le Directeur de L’Indépendant a le droit de mettre en avant (et de la défendre bec et ongle) la liberté d’expression de sa rédaction, de ses journalistes, sauf qu’en l’occurrence Robert Vila ne l’a jamais remise ni en cause, ni en question. C’est hors sujet.

Robert Vila prend ici ses responsabilités, il les assument pleinement. L’Indépendant ne se définit-il pas lui-même ouvertement comme « le Journal d’ici »… Qu’il assume au minimum ce slogan. Il pourrait déjà, par exemple, décaler ses publicités andorranes dans sa pagination, en fin de cahier, afin qu’elles ne soient pas visibles et ressenties comme une provocation… Mais bon, il ne nous appartient pas d’affiner la ligne éditoriale de L’Indèp’.

Là où, en revanche, ledit « billet » est plus que surréaliste, hallucinant, c’est lorsqu’il nous entraîne dans l’épaisse forêt d’Amazon !

Donc, si nous avons bien compris cet édito, la raison originelle de la pétition engagée par le président de PMM contre L’Indépendant serait que le quotidien roussillonnais – seul et unique média mis en cause par Robert Vila dans cette affaire et non « la presse » dans son ensemble comme l’écrit l’auteur – aurait « scoopé » la venue d’Amazon à Rivesaltes ?… C’est hallucinant.

Dans le passé, le département des P-O a perdu l’implantation d’IBM, d’Ikéa… la liaison TGV « Perpignan – Montpellier »… à cause de polémiques de cet acabit. Continuons ! D’autant que s’agissant de la possible venue d’Amazon dans les P-O, il s’agit bien de la création d’une plateforme logistique pour dispatcher des marchandises, et non de l’ouverture d’un centre commercial. Après, qu’on soit pour ou contre la prolifération de hangars sur le territoire, c’est une question de goût et de couleur. Là non plus, nous n’entrerons pas dans ce débat.

Enfin, toujours dans ce « billet » signé de la direction du journal L’Indépendant. Il y a une question troublante qui choque, qui interpelle en l’occurrence de la part de celui qui s’érige à juste titre (et tout à son honneur) en défenseur de la Liberté d’expression, des Droits et du Libre-échange : « Que dirait-on si les médias locaux lançaient des pétitions contre les élus locaux ? ».  Non, Robert Vila ne se trompe pas de cible.

 

L.M.