Communiqué de presse.

 

« Peste Porcine Africaine :
Faire face, en adaptant la biosécurité aux élevages plein-air

 

La Confédération paysanne s’est fortement impliquée pour tenter d’adapter les prescriptions en matière de biosécurité aux différents modes d’élevage, et en particulier au plein air. Ces élevages, particulièrement concernés par le risque lié à la faune sauvage, doivent être protégés.
De nombreuses fermes ouvertes ont été organisées sur le territoire : Ardèche, Hérault, Tarn, Pyrénées-Orientales, Aude, Ille-et-Vilaine, Béarn, Ariège. Les éleveurs et éleveuses ont voulu montrer leur conduite d’élevage, pour pointer les difficultés et trouver des solutions. Le ministère de l’agriculture, des élus locaux, des responsables professionnels et la presse se sont déplacés pour découvrir un mode de production, plébiscité par les consommateurs.
Des allégements concernant les obligations d’aires d’embarquements, et de sas ont été obtenues. Par ailleurs, une saisine de l’ANSES* est en cours dans l’objectif d’évaluer et de valider des systèmes de clôtures mobiles, indispensables aux élevages extensifs notamment en montagne. Nous nous félicitons de ces avancées et travaux en cours. Malheureusement le zonage, la désinfection obligatoire et l’accueil du public représentent des problématiques encore non résolues pour ces élevages.
En parallèle, de nombreuses formations biosécurité pour les éleveurs et éleveuses ont eu lieu en 2019, avec certaines sessions à venir en 2020. La Confédération paysanne a fait le pari de constituer un réseau de formateurs sur le territoire, ce qui permet d’aller à la rencontre des producteurs, d’adapter le contenu aux besoins du plein-air et aussi de remonter les problèmes éventuels.
Enfin, il est indispensable que la puissance publique prenne en charge le coût de toutes ces mesures que subissent les éleveurs, sans quoi certains se retrouveraient en grande difficulté. Pour l’instant, des dizaines de milliers d’euros restent à la charge des éleveurs et éleveuses de cochon plein-air et ce n’est pas acceptable ».

 

*ANSES = Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.