L’émission « C dans l’air » diffusée en direct tous les soirs de la semaine à 17 h 45, sur France 5, et présentée en alternance par Yves Calvi, ferait bien de se mettre à la page et vite fait, si elle ne veut pas se ringardiser au fil du temps…
Ce lundi 3 octobre 2011, Yves Calvi recevait sur son plateau : Christophe Barbier (de la rédaction du magazine hebdomadaire L’Express), Pascal Perrineau (politologue), Brice Teinturier (institut de sondages Ipsos)… et Jean-Luc Bennahmias (député européen et vice-président du MoDem de François Bayrou).
Thème de ce point du jour : « Borloo, la danse du centre » ; au lendemain donc de l’annonce par le leader des centres, Jean-Louis Borloo, ancien ministre et président du Parti radical, qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle de 2012.
Dès le départ du débat, Jean-Luc Bennahmias raconte que si Jean-Louis Borloo en est arrivé à prendre aussi rapidement une telle décision, c’est aussi parce qu’il s’est rendu compte que personne ne l’avait suivi, rejoint dans son aventure politique : « Pas un seul parlementaire UMP n’a rejoint le Parti radical (…) ».
C’est faux ! Comment personne sur le plateau de « C dans l’air », et à commencer par le journaliste de L’Express, n’a relevé une telle grossière erreur, qui plus est dans une émission politique qui se veut exemplaire. Déjà, dans les P-O, nous, on connaissait un parlementaire – battu aux sénatoriales depuis – qui avait quitté l’UMP pour rejoindre le Parti radical, ou qui était en partance pour le faire mais qui l’avait annoncé en tout cas depuis plusieurs mois : Jean-Paul Alduy, président de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération(l’agglo de PMCA) et 1er adjoint de la Ville de Perpignan.
Il serait grand temps qu’Yves Calvi équipe ses invités d’oreillettes afin de les corriger en direct !