Communiqué de presse.

 

« Au premier jour de la mobilisation des cheminots il apparait clairement que le gouvernement fait l’unanimité contre sa réforme ferroviaire. La privatisation de la SNCF et les dispositions qui attaquent le statut des cheminots favoriseront uniquement les dividendes des futurs actionnaires et des spéculateurs. Une fois l’entreprise nationale privatisée, il apparaît clairement que La dette de la SNCF essentiellement faite dans les investissements pour les lignes à grande vitesse restera à la charge de l’Etat, des Régions et des contribuables.

 

Dans cette bataille du rail, le PCF et ses parlementaires aux cotés des cheminots et des usagers du train ont fait des propositions au gouvernement pour un nouveau financement de la SNCF, les plus emblématiques : la création d’un versement transport payé par les entreprises et versé aux régions ; la mise en place d’une éco-taxe poids-lourds ; la renationalisation des autoroutes. La libéralisation du rail dans l’ouverture à la concurrence n’est pas inéluctable ! La convention TER signée entre la région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée et la SNCF pour huit ans nous donne les moyens de poursuivre cette lutte pour que la SNCF reste une entreprise nationale et publique. Le PCF 66 appelle les habitants des Pyrénées-Orientales à se mobiliser ».