« Grand Rabbin de la communauté juive, Evêque de Perpignan-Elne, Imam de la Mosquée du Bas Vernet, Pasteur de l’Eglise protestante luthéro-réformée, nous avons décidé de prendre la parole, ensemble. Pourquoi nous exprimer à l’occasion des élections municipales ?

• Parce que nous sommes citoyens et croyants, dans une France républicaine et laïque, multiculturelle et multi-religieuse.
• Parce que nous aimons et voulons le bien de notre pays, plus particulièrement celui de notre département avec ses habitants, ses villes et ses villages.

 

 

Nous croyons que, même dans un contexte national et international difficiles, un développement socio-économique et qui prend soin de notre environnement, est possible. Nos cités, en milieu urbain et rural, sont formées de communautés humaines, de toutes générations, riches par leurs diversités sociales, culturelles et religieuses. Certains sont d’ici, d’autres ont quitté leur département ou leur pays d’origine pour s’installer dans nos Pyrénées-Orientales. Nous formons le vœu, que celui ou celle qui se présente pour être élu maire, même s’il n’est pas élu par tous, devienne l’élu de tous et pour tous. C’est une mission de service public pour le bien d’une commune et de sa population.

Nous formons le vœu que cette mission, ne relève pas d’abord d’ambitions personnelles, mais d’ambitions pour les citoyens, leur croissance, leur bien-être et leur épanouissement. Cela doit se traduire par l’amour des gens que l’on veut servir avec la collaboration des adjoints, des conseillers et de tous ceux qui travaillent dans les services municipaux. Les conflits sociaux récents traduisent le mal-être de nos contemporains qui se sentent négligés, voire ignorés. Les promesses ne suffisent plus : beaucoup attendent des réponses concrètes et sérieuses, ainsi qu’un réel accompagnement humain.

L’estime à l’égard de la classe politique ne peut être rétablie que si les électeurs trouvent en face d’eux des hommes et des femmes de parole qui s’engageront à leurs côtés, pour comprendre leur désarroi et chercher avec eux et pour eux une réponse à leurs besoins, dans une relation participative, solidaire et remplie d’une belle humanité.

Un maire est un élu de proximité avant d’être un notable, une femme ou un homme d’union avant d’être un administrateur.

Parce qu’il l’aime, il sert sa ville, son village, avant de penser à sa carrière. Fraternité et solidarité sont indissociables. Une élection municipale n’est pas un combat. C’est un exercice démocratique où la diversité des propositions et des programmes de chaque candidate et candidat se fait entendre dans le respect des autres. Ce n’est pas parce que l’un ou l’autre n’est pas de la même famille politique, que tout ce qu’il dit est mauvais ! Les coups bas, les rumeurs et la diffamation dégradent la vie démocratique. Par contre le débat, la critique constructive et le discernement sont les marques de la vraie démocratie. Dans quelques jours, nous élirons nos représentants. Chacun votera pour le candidat qu’il juge apte à cette mission.

Voter, c’est se lever pour exprimer ce que nous croyons le meilleur pour nous-mêmes et nos enfants, pour nos proches, pour la communauté urbaine ou rurale dont nous faisons partie. C’est vouloir notre bien commun.

Ce message est un encouragement pour les candidates et candidats, pour leurs électrices et électeurs. Pour cette élection, ce n’est pas seulement l’avenir de nos cités qui est en jeu, mais le nôtre. Or l’on ne peut avancer que si nous construisons cet avenir ensemble dans la concorde. Nous savons que les prochains maires exerceront leur mandat dans des conditions difficiles. Ils auront de nombreux défis à relever dans les domaines de l’éducation, de la santé, des questions sociales et environnementales, de l’intégration, de la sécurité, de la précarité, des transports, de la jeunesse, des liens communautaires, etc.

Nous, croyants de religion juive, chrétienne et musulmane, nous accomplirons notre devoir civique. Nous prions pour que chaque candidate et candidat, trouve en eux et à l’écoute de celles et ceux qu’ils veulent servir, la force et la détermination d’œuvrer pour le bonheur de toutes et tous dans ce département. Nous prions pour nos municipalités et leurs habitants ».

 

 

Perpignan le 2 mars 2020
Monsieur le Grand Rabbin Mordehaï Bensoussan, Monseigneur Norbert Turini, évêque de Perpignan-Elne, Monsieur l’Imam Amir Shishi, Mosquée du Bas Vernet (PMPO), Madame le Pasteur Nicola Kontzi-Méresse de l’Eglise protestante luthéro-réformée.