Communiqué de presse.
« Dans moins de quatre semaines, le premier tour des élections municipales, puis dans moins de deux ans les départementales, et ensuite les régionales, la présidentielle et les législatives.
Vous, les candidats municipaux, vous prônez diverses actions pour votre ville, l’économie, l’écologie, les transports, les développements sociaux, mais pour le moment nous n’avons pas vu un seul candidat mettre l’accent sur la violence routière. La question : pourquoi ?
Vous savez Mesdames et Messieurs les candidats, les familles de victimes votent, mais elles se détournent des urnes, comme les élus se détournent des victimes de la route. Elles sont de plus en plus nombreuses à délaisser les urnes, comme l’État délaisse les lois en lien avec la violence routière. Nous sommes conscients que par votre rôle de maire, ce sujet ne peut pas être votre atout majeur pour vos électeurs, mais il a quand même de l’importance pour votre ville. Il n’y a qu’à suivre l’actualité où l’on voit toutes les semaines, des personnes récidivistes, des chauffards connus de la justice, multiplier les infractions routières, tuer ou blesser grièvement des personnes. Par votre position, nous vous demandons lors de vos meetings de ne pas oublier ce sujet. Nous vous demandons également d’informer les chefs de file de vos parties respectives. Une prise de conscience de ce fléau que trop peu d’élus soutiennent. Je ne reprendrai pas la citation de Neil Armstrong : « un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité », mais je dirai, « un petit pas pour les familles et les victimes de la route, un grand pas pour dire stop à ce fléau routier »« .

 

 

Antenne Occitanie/ Pyrénées Méditerranée de l’association « Victimes et Avenir »
Contact : www.victimesetavenir.org