Communiqué de presse.

 

 

« L’année 2019 va être un tournant pour notre organisation syndicale avec les élections à la Chambre d’Agriculture au mois de janvier 2019 et les 60 ans du MODEF lors de notre 18 congrès anniversaire le 9 avril 2019 à FAUILLET en Lot et Garonne.

Le MODEF réclame pour la nouvelle année 8 points essentiels pour redonner un revenu décent :

Un revenu à 1 800 €, c’est possible grâce à la mise en place de prix minimums garantis par l’Etat en fonction des coûts de production. Nous constatons que cette mesure phare, celle du prix rémunérateur, que nous portons depuis toujours, est reprise par tous les autres syndicats.
L’installation, un enjeu majeur pour notre agriculture notamment par une politique d’aide au revenu durant les 5 premières années d’installation et une politique de partage du foncier par la SAFER avec un système location-vente.
Une vie sociale décente avec trois semaines de congés payés pris en charge à 100 % par la MSA et l’Etat sans augmentation de cotisations sociales avec un service de remplacement compétent et la prise en charge à 100 % du congé maternité à 16 semaines pour toutes les femmes agricultrices, ainsi qu’un service de remplacement facilité pour le congé paternité. Le MODEF s’indigne de la décision prise par le Sénat de laisser le congé maternité à 38 jours.
· Le foncier agricole doit rester un outil au service des agriculteurs. La SAFER doit retrouver son rôle de service public et ne pas servir d’agence immobilière. Elle doit intervenir sur toutes les transactions foncières,
· Une PAC au service des agriculteurs. Le MODEF demande que la nouvelle PAC prévoie des outils de maîtrise et de régulation des prix en plafonnant obligatoirement les paiements directs à 75 000 € par actif, en évitant la disparité entre les agriculteurs par une convergence des aides à 100 % et en augmentant l’enveloppe des aides couplées en faveur des productions fruitières et légumières et de l’élevage de 15 à 20 % du budget du premier pilier.
· La souveraineté alimentaire, le défi de demain : le MODEF demande l’interdiction des importations ne respectant pas les normes françaises, des moyens pour une recherche publique à la hauteur des enjeux, une politique de soutien aux protéagineux pour nourrir les élevages et une réglementation plus souple pour utiliser, échanger et vendre les semences de ferme.
· Une coopération agricole, un élément essentiel pour l’agriculture : le MODEF propose des coopératives à taille humaine avec des paysans qui se réapproprient cet outil de solidarité.
· Une retraite à 1 200 € par mois pour toutes et tous avec une retraite de base à 1 008 € et une attribution forfaitaire de points.

Après l’échec des Etats Généraux de l’Alimentation, le gouvernement doit prendre conscience de la gravité du monde agricole. Les ordonnances des États Généraux ont été repoussées à février 2019. Le gouvernement se moque des paysans et des retraités agricoles en les méprisant. Le MODEF souhaite rassembler les paysans et responsables professionnels pour cette nouvelle année qui aspirent à un changement de politique agricole basée sur une Agriculture rémunératrice, solidaire, durable et responsable ».