Communiqué de presse  (Perpignan, le 18 mars 2020)

 


« Mesdames et messieurs les maires,
Maintenez les marchés de producteurs

Les circuits courts : AMAP, vente à la ferme, marchés de producteurs… ont l’avantage de la proximité et de la résilience en cas de crise. Par rapport aux supermarchés, lieux de confinement, où le libre-service peut engendrer une
augmentation des contacts avec le virus, et où la densité humaine peut être importante, les points de vente en circuit court ne doivent pas être délaissés durant cette crise, bien au contraire. Ils évitent la concentration des points de
vente et permettent aux producteurs/trices locaux de continuer à vivre de leur métier. Nous avons mutuellement besoin l’un de l’autre, producteurs.trices et mangeurs/euses.

Puisque le gouvernement ne les a pas interdits, nous demandons aux municipalités de maintenir les marchés de plein vent en les réservant aux producteur/trices tout en faisant respecter les mesures de sécurité préconisées. (Certaines villes ont réaménagé les marchés en imposant une distance entre les stands et les client/es font la queue en respectant également une distance. Les polices municipales informent le public et veillent au respect des consignes).

Paysan.ne.s, nous sommes prêts à contribuer aux solidarités collectives qui doivent se mettre en œuvre pour nourrir, notamment les plus fragiles et précarisés d’entre nous. Nous sommes à disposition pour envisager toutes les
chaînes de solidarité locales en ces moments difficiles. En échange, les pouvoirs publics doivent soutenir et protéger les paysan.ne.s, et autres acteurs de la chaîne alimentaire (structures de transformation..) ».