Communiqué de presse

Me Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O.

Me Louis Aliot, vice-président national du FN, conseiller régional des P-O et tête de liste Perpignan Ensemble aux prochaines élections municipales, nous prie d’insérer :

« A Perpignan, même le maire et son adjoint à la sécurité défilent pour le 14 juillet !

 

Comme nous l’avions précédemment annoncé, nous avons confirmation ce jour dans les colonnes du journal local, que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et son adjoint à la sécurité, Pierre Parrat ont aussi défilé pour le 14 juillet avec des journalistes quelque peu amusés par le grotesque de la situation.

Mais pour son adjoint à la sécurité, l’objectif était on ne peut plus sérieux, puisqu’il tenait simplement à signaler à la population de Perpignan, le passage de sa police municipale quitte à sortir le gyrophare !

Lors de cette opération de communication électorale, nous apprenons que la police municipale préfère ne pas débarquer monsieur le Maire au coeur de la cité Diaz où ce dernier reconnait implicitement des problèmes.

Néanmoins, monsieur le Maire se félicite quand même “de la pacification et de la reconquête de certains quartier comme Clodion, la Gare, Saint-Assiscle et Saint-Martin, même si, ici ou là, on a quelques plaintes pour du bruit ou du deal de drogue” dixit Jean-Marc Pujol. Mais pas seulement monsieur le maire

Nous conseillons donc à Jean-Marc Pujol de lire quotidiennement le journal local pour apprendre que ce sont dans ces mêmes quartiers, que des policiers ont été dernièrement pris à parti Cité Clodion, que des commerçants se sont fait braquer quartier Saint-Martin ou qu’un TGV a été caillassé quartier de la GareIl est, de plus, de notoriété publique, que les HLM de Saint-Assiscle deviennent une véritable poudrière.

Mais les Perpignanais sont rassurés, leur Maire et son adjoint à la sécurité veillent avec comme seule résolution de défiler avec sa garde prétorienne en n’oubliant pas de serrer quelques mains, échéance électorale proche oblige

Quand les policiers municipaux recevront-ils ordre de s’arrêter dans ces zones de non droit, appelées pudiquement zones de sécurité prioritaire ? Quand auront-ils toute latitude d’effectuer leurs missions en collaboration avec la police nationale plutôt que de recevoir comme consignes de fermer les yeux pour satisfaire la politique clientèliste de Jean-Marc Pujol et son équipe ? On se le demande ».