« Aujourd’hui quelques jours après l’anniversaire de la disparition d’un Grand Homme de notre département, j’ai souhaité partager avec vous ces quelques lignes sur Arthur CONTE (31 mars 1920 – 26 décembre 2013).

J’ai eu la chance de grandir en politique sous les auspices notamment d’Arthur CONTE, l’enfant de Salses-le-Château  et le Monsieur du département.

Pour beaucoup de Catalans, et notamment dans ma famille, il était « Artur ». Nous l’aimions !

Il symbolisait notre Roussillon. Nous aimions son accent, sa simplicité qui étaient l’autre facette de sa personnalité fondée sur l’élégance, l’érudition et l’intelligence.

Cet homme, que je rencontrais régulièrement durant ma jeunesse, et que j’écoutais de longues heures. Il me parlait de sa vie d’homme politique, de son expérience, de notre département et de sa vision de l’Histoire. Ainsi il m’a accompagné et grandement influencé dans ma construction politique, tout comme il a grandement marqué le territoire des Pyrénées- Orientales, même si certains aujourd’hui ont oublié jusqu’à son nom. 

Sa vision de l’Histoire était passionnante à écouter. Sait-on que l’expression « le partage du monde à Yalta » a été créée par Arthur. Sa connaissance de la petite histoire de notre département comme de la grande du monde et de notre pays étaient fascinantes. Il avait su aussi développer une vision libérale de la communication quand il était président de l’ORTF (à une époque où cela n’était pas simple) tout en insistant sur l’exigence de la culture à la télévision.

Notre département lui doit beaucoup. Par exemple, un parmi tant d’autres, nous lui devons l’association des maires de notre département, qu’il a créée et présidée à son commencement.

Enfin, et ce n’était pas la moindre de ses qualités, il faisait toujours passer l’intérêt général avant les intérêts partisans se moquant des clivages politiciens pour s’intéresser aux personnes et à leur vision de l’action publique. Cette ligne il l’avait encore davantage fait sienne dans le département !!

C’est en tout cas, la leçon la plus importante qu’il m’est enseignée pour notre territoire, et qui est toujours d’actualité. Nous avons besoin, peut-être encore plus qu’ailleurs, de dépasser les clivages pour faire et non pour sans cesse avoir des postures politiciennes et ainsi ne jamais rien faire, mais détruire ce qu’à fait son prédécesseur.

Nous avons besoin de rassembler pour porter le développement de ce territoire et toujours rester au service des citoyens des Pyrénées-Orientales.

Les idées de ce Grand Homme sont toujours d’actualité et constituent un exemple, que modestement j’essaie de suivre ».

Romain GRAU, député de la 1ère circonscription des P-O, conseiller départemental.