C’est l’ancien président de l’Union Pour l’Entreprise des Pyrénées-Orientales (l’UPE’66) en personne, Alexis MELIDONIS, qui diffuse ce mail sur la toile pour les fêtes de fin d’année.

Il assure la promotion d’un établissement situé de l’autre côté des Pyrénées, en Espagne, près de Figueres… Solidarité catalane ? Dommage que cela ne fonctionne que dans un sens. Allez donc poser la question aux taxiteurs perpignanais qui sont régulièrement rackettés par les « mossos d’esquadra », lorsque leur métier les amène à aller récupérer des clients du Roussillon qui débarquent à l’aéroport de Barcelone-El Prat…

Au fait, que font les parlementaires des P-O, eux habituellement si prompts à défendre la démocratie en Catalogne espagnole, alors qu’ils sont d’abord élus par les habitants des Pyrénées-Orientales ? Bizarrement, on ne les entend plus. Qu’ils se méfient du pouvoir des taxiteurs perpignanais, une profession très influente déjà par le nombre de contacts humains qu’ils ont au quotidien.