Après la déroute historique de la candidate LR (Les Républicains) à l’élection présidentielle, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France (Paris), qui est sortie du jeu politique dès le soir du 1er tour, le dimanche 10 avril, en étant humiliée par un score en-dessous de la barre fatidique des 5%, le tsunami électoral serait-il en train de balayer la fédération départementale du parti Les Républicains des P-O ? Il semblerait que ce soit le cas

 

Certains élus estampillés LR’66 ont déjà enclenché le mode « Courage fuyons ! », c’est notamment le cas du maire de Pollestres, Jean-Charles Moriconi, qui a décidé de se mettre en retrait du parti. Mais chez les LR’66 on s’empresse de commenter l’initiative en limitant les dégâts : « On ne peut pas dire que celui-ci soit une figure historique, marquante, dynamique du parti », c’est presque si dans le listing des LR’66 Jean-Charles Moriconi ne serait donc pas un « célèbre inconnu ».

Par ailleurs, et par exemple, une insistante rumeur, depuis l’échec de la candidate LR à la Présidentielle, avance que Bruno Galan, maire de Palau-del-Vidre et sur le banc de touche des remplaçants au Département – derrière Grégory Marty, maire de Port-Vendres et conseiller départemental, canton de La Côte Vermeille – ne serait plus tellement chaud pour se présenter aux prochaines Législatives sous l’étiquette LR, malgré le fait d’avoir très officiellement été investi par LR’66.

 

L.M.