Communiqué de presse du groupe des élu-e-s PCF-Front de gauche

du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales

 

« Lors de la séance du Conseil départemental, les élu-e-s PCF-Front de gauche ont dénoncé les désengagements successifs de l’Etat et les baisses de dotations qui durent depuis 10 ans. Le carcan austéritaire fait mal aux communes, aux départements au point de mettre en danger leur survie. 11 milliards de baisse sont imposés aux collectivités territoriales. 7,8 millions pour le Département des PO, qui s’ajoutent aux 7 millions de l’année précédente et qui dépassent les 100 millions d’€ en moins au fil des années pour les Pyrénées-Orientales.

Imaginons ce qui aurait été possible pour la population du département avec ces millions : des politiques qui remettent durablement en marche le progrès social et environnemental en s’appuyant sur un service public solide, moderne et protecteur.

Lors du Débat sur les orientations budgétaires en décembre dernier, les élu-e-s PCF-FdG ont formulé une dizaine de propositions. Sur la fiscalité, ils ont indiqué leur refus d’un matraquage fiscal supplémentaire, conduisant à la baisse du pouvoir d’achat pour bon nombre de concitoyens. Les impôts ne seront pas augmentés.

Ils ont préconisé le recours à l’emprunt, la situation budgétaire le permettant de façon modérée. Ils ont été entendus par la présidente du Conseil départemental. Ils demandent toujours une action beaucoup plus ferme pour dénoncer les baisses de dotation de l’État et leurs effets et réclamer des moyens supplémentaires même si cette année 5,6 millions ont été débloqués.

Ils ont exigé la compensation intégrale, à l’euro près, des allocations de solidarité et donc la reprise en charge par l’État de l’allocation du RsA. Malheureusement, la Droite au sein des instances nationales représentant les Départements s’y est opposée.

Ils ont indiqué leur refus total de nouvelles baisses des subventions aux associations et aux clubs. Leur rôle majeur en termes de lien social sur notre territoire a été reconnu, il n’y aura pas de nouvelles baisses de leur subvention.

Ils ont souhaité que le travail entre la Communauté urbaine et le Département soit renforcé, notamment s’agissant de la mise en cohérence et de l’articulation des réseaux de transport. Un travail s’est engagé sur le sujet.

Enfin, ils ont exprimé leur souhait que les priorités soient données à l’humain, c’est-à-dire à nos diverses politiques de solidarité. Ils ont noté, avec satisfaction que certains budgets ont été augmentés, à l’instar de celui consacré au handicap.

Ce sont les principales raisons pour lesquelles le groupe des élu-e-s PCF-Front de gauche a voté ce budget 2017. »

Françoise FITER, présidente de groupe, vice-présidente du Conseil Départemental 66

Edith PUGNET, vice-présidente du CD 66

Nicolas GARCIA, vice-président

Lola BEUZE, conseillère départementale

Rémi LACAPERE, conseiller départemental.