L’UMP aurait-elle investi sur la 2ème circonscription des Pyrénées-Orientales un candidat sans militants ?…

Bizarre-bizarre, la situation dans cette 2ème circonscription des P-O l’est assurément. Pour le moins. Après de multiples rebondissements et diverses tergiversations digne d’un vaudeville à la Feydeau, samedi dernier le Conseil national de l’UMP présidé par Jean-François Copé qui se réunissait à Paris, décidait d’officialiser l’investiture du député sortant, Docteur Fernand Siré, de par ailleurs maire de Saint-Laurent de la Salanque et vice-président de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’agglo PMCA).

Seulement voilà, que s’est-il passé ? Car localement, sur le terrain, docteur Fernand Siré fait figure d’un Général sans troupes… Un peu comme un avion sans ailes, etc-etc.

Canet-en-Roussillon, Le Barcarès, Saint-Cyprien, Sainte-Marie la Mer, Saint-Nazaire, Torreilles… Toutes ces communes, à la démographie dynamique, ont en commun d’être situées sur le territoire de la fameuse 2ème circonscription, et d’être dirigées par des maires qui n’hésitent pas à se vanter jusque dans des conversations publiques – alors imaginez ce que cela peut donner en off ! – qu’ils ne feront pas campagne pour Fernand Siré« Surtout pas ! », légendent même certains d’entre eux. Faut-il encore ajouter à ce sujet que tous ces maires sont membres, apparentés ou proches de l’UMP ? tous, sans exception ! En plus, leurs communes sont parmi les plus peuplées de cette 2ème circonscription.

Bref, jour après jour, Docteur Fernand Siré pourrait vite être amené à s’interroger : « Mais que diable suis-je allé faire dans cette galère ? ».