Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, ce n’est pas chez lui, à Saint-Laurent-de-la-Salanque, commune dont il est le maire, que le docteur Fernand Siré (UMP), par ailleurs vice-président de l’agglo de Perpignan (PMCA), réalise son meilleur score. Loin s’en faut !

Ironie du sort, la vie réserve parfois de très étranges surprises, c’est dans des communes où pendant cette campagne électorale des législatives il a été parfois en conflit avec les édiles, que Fernand Siré fait le plein des voix : 60,68% à Canet-en-Roussillon ; 58,54% à Saleilles ; 57,39% à Saint-Cyprien ; 57,21% au Barcarès ; 56,79% à Latour-Bas-Elne… et seulement 53,98% chez lui à Saint-Laurent-de-la-Salanque.

La commune de Claira, en revanche, a bien suivi les consignes données par son bouillant maire, José Puig (Centre Droit), en positionnant en tête Toussainte Calabrèse (avec 52,26% des suffrages exprimés), la candidate du PS.

Au chapitre des particularités et singularités dans cette réélection de Fernand Siré : il a failli être le seul député rescapé de la « Sarkozy » dans tout le Languedoc-Roussillon. Il faut aller à l’autre bout de la région, en Lozère, pour trouver un autre parlementaire UMP (ré)élu hier, de justesse comme lui : Pierre Morel-à-L’Huissier (avec 50,52% des suffrages exprimés).

Enfin, désormais, Fernand Siré est le seul député UMP sur la chaîne pyrénéenne, du Pays basque jusqu’au littoral roussillonnais.