(Communiqué)

 

 

-« N’en déplaise au Parti communiste, ce sont bien les électeurs catalans qui ont élu quatre députées du Rassemblement National. Il ne s’agit donc en rien d un quelconque hold-up mais bien d’une élection pleinement démocratique.
Ces quatre députées sont d’ores et déjà au travail pour porter haut la voix des habitants des Pyrénées-Orientales, de tous les habitants et de l’ensemble de notre territoire. Tout au long de leur mandat, Anaïs Sabatini, Michèle Martinez, Sophie Blanc et Sandrine Dogor montreront leur volonté d’agir sans sectarisme aucun.
Qualifier des élus de la nation de « fascisantes » est une insulte inacceptable. Surtout venant de quelques cadres d’un parti qui n’a eu de cesse de défendre les dictateurs les plus sanglants de la planète. Du pacte germano-soviétique au soutien des dictatures viet’ ou cubaine, en passant par les égorgeurs du FLN, on sait ce que vaut le communisme qui a ensanglanté le monde dans les goulags et les crimes Innommables.

Heureusement, les habitants des Pyrénées -Orientales sont beaucoup plus lucides et se gardent bien de porter leurs suffrages sur ces tristes personnages qui se sont toujours vendus pour quelques breloques… ».

Louis Aliot, vice-président du Rassemblement National