(Le député Fernand SIRé n’a pas tardé lui aussi à s’afficher aux côtés de François FILLON, le vainqueur de la « primaire » de la Droite et du Centre… Photo capturée sur la newsletter mensuelle du parlementaire roussillonnais).

 

Depuis la déroute électorale de son candidat, Bruno LE MAIRE, lors de la « primaire » de la Droite et du Centre, le député sortant de la 2ème circonscription des P-O, l’ex maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, le docteur Fernand SIRé (72 ans le 31 mars prochain), qui était en plus son référent dans le département, parait de plus en plus fragilisé dans sa propre succession électorale.

Certes, Fernand SIRé (LR/ tendance Bruno Le Maire) a été investi très officiellement à la fin de l’été dernier – comme Daniel MACH, sur la 1ère circonscription, Danièle PAGèS, sur la 3ème, et Jacqueline IRLèS, sur la 4ème – mais cela c’était avant !

Aujourd’hui, la donne a changé. Les Fillonistes sont en droit de réclamer une circonscription sur l’échiquier départemental. L’ex députée européenne Maïté SANCHEZ-SCHMID, conseillère municipale à Perpignan, se verrait bien, justement, sur la 2ème circonscription, où elle dispose de réseaux efficaces, notamment grâce à ses collaborateurs qui, contre vents et marées, lui sont toujours restés fidèles. D’autres, proches, lui déconseillent le défi des législatives et lui suggèrent plutôt de partir aux sénatoriales, dont les élections sont programmées pour le mois de septembre suivant, toujours en 2017.

A y regarder de plus près, ce serait effectivement la meilleure solution électorale pour Maïté : d’abord parce que – avec le sénateur-maire de Le Soler, François CALVET (LR/ tendance Sarkozy) qui se représente – cela ferait un ticket qui respecterait complètement la parité ; ensuite aux lendemains des élections municipales de 2014 la Droite étant devenue majoritaire au sein des grands électeurs des P-O, sur le papier Les Républicains et leurs partenaires sont assurés de rafler la mise, à savoir les deux fauteuils de sénateurs des P-O (sans pour autant sous-estimer la sénatrice-présidente socialiste du Conseil Départemental des P-O, Hermeline MALHERBE, qui pourra compter sur l’entier soutien financier et matériel de la Région OCCITANIE/ Pyrénées-Méditerranée… mais plus sur celui, essentiel, de feu Christian BOURQUIN).

Retour, en fanfare, sur la 2ème circonscription des P-O, où quoi qu’il en dise, quoi qu’il en pense, quoi qu’il en fasse, l’humoriste (en politique) Fernand SIRé aura du mal à solder l’échec de son candidat à la « primaire ». D’autant que Fernand SIRé, localement, ne pourra pas compter sur les soutiens de communes incontournables pour l’emporter dans la 2ème circonscription : les maires de Le Barcarès, Saint-Laurent-de-la-Salanque et d’autres (nous dit-on), pourtant issus de sa famille politique – LR pour le premier, Alain FERRAND, l’UDI pour le second, Alain GOT – ne ménageront pas leurs efforts pour lui faire prendre une gamelle… On peut compter sur eux ! Il faut reconnaître, à leur décharge, que Fernand SIRé n’a pas été très fin à leur égard, leur prédisant un avenir sur les marches d’un palais ! Plutôt maladroit.

Sur cette 2ème circonscription, où la Gauche n’a aucune chance, où le FN en revanche en embuscade a toutes les chances d’y arriver, on se souvient que Joëlle IGLESIAS-FERRAND, ancien maire du Barcarès, avait fait acte de candidature à l’investiture directement auprès de Nicolas SARKOZY, alors président du parti Les Républicains. Elle fut la toute-première, et reste la seule à ce-jour, à engager courageusement une partie de bras de fer avec Fernand SIRé. On sait également que la nouvelle génération, avec à sa tête par exemple le Juppéiste Gilles FOXONET, maire de Baixas, s’impatiente pour prendre la relève. Même si la commune de Baixas ne fait plus partie de cette 2ème circonscription des P-O, suite à un redécoupage électoral, les liens humains entre le Rivesaltais et le Ribéral avec la Salanque restent forts. Gilles FOXONET ne l’a jamais oublié. D’autres élus de la Majorité municipale de Perpignan présidée par Jean-Marc PUJOL (LR) lorgnent aussi sur ce territoire… Comment réagiront également les maires de Canet-en-Roussillon et Saint-Cyprien, les poids lourds électoraux de cette 2ème circonscription ? Ils n’ont pas dit leur dernier mot. L’un d’entre eux aurait même déjà son candidat, confortablement installé en coulisses, au cas ou…

Mais il se murmure aussi que Fernand SIRé aurait sa stratégie. Le fait qu’il soit candidat donc à sa propre succession masquerait la possibilité de mieux assurer ses arrières en propulsant, au dernier moment : François LIETTA, son jeune collaborateur et président du Comité départemental Les Républicains’66 (il a succédé à François CALVET, avec le soutien de Jean-Marc PUJOL, en battant une certaine Maïté SANCHEZ-SCHMID…) ? La rumeur publique charrie d’autres noms, dont celui de Cédric SIRé, chef d’entreprise à succès sur le net à Paris, qui n’est autre que le fils de Rolande et Fernand SIRé.

Bref, tous les clignotants inviteraient davantage Maïté SANCHEZ-SCHMID à se diriger vers les sénatoriales plutôt que vers les législatives, surtout si son candidat François FILLON entre à l’Elysée (par la grande porte).