Dans une enquête publiée hier et signée par Mathieu MAGNAUDEIX (avec Antton ROUGET et Louise FESSARD), le site Mediapart.fr fait un tour d’horizon complet sur « Ces candidats LREM loin d’être exemplaires »

Il y est notamment question de Romain GRAU, 1er adjoint de la Ville de Perpignan, candidat du « La République En Marche! » (LREM) sur la 1ère circonscription des P-O. Outre les révélations faites en début de semaine par France Bleu Roussillon, selon les informations recueillies par la rédaction de Mediapart.fr on apprend que « Romain GRAU devrait être bientôt entendu par les enquêteurs. Car c’est bien lui qui est en première ligne. Chez EAS, il s’occupe de tout de A à Z explique un salarié, qui réclame l’anonymat par peur de représailles. Certains collègues apeurés évoquent une ambiance malsaine, une pression permanente, un patron qui dit des horreurs et envoie des SMS à 23h ou la nuit. Un syndicaliste parle de collaborateurs traqués, de conditions de travail déplorables, d’un dialogue social nauséabond. Selon plusieurs sources, entre 20 et 22 salariés, commerciaux, magasiniers, techniciens, au total près de 10% de l’effectif, seraient en arrêt maladie de longue durée. Ces chiffres datent de mars ou avril, assure Romain GRAU, qui parle plutôt de 12 arrêts. De récentes difficultés économiques et de gros problèmes de trésorerie semblent à l’origine d’une intensification des cadences qui, selon des salariés, pèse sur la qualité du contrôle effectué sur les avions. En février, les élus du personnel ont officiellement informé l’aviation civile de faits graves. Dans un courrier, ils évoquent la trop forte pression de la direction qui nuit à la sécurité des vols, des salariés menacés de licenciement s’ils respectaient les procédures, de nombreux défauts (…) délibérément masqués pour ne pas retarder les chantiers.

L’agrément de l’aviation civile ne m’a pas été retiré, rétorque Romain GRAU. Il admet que tout n’est pas rose dans l’entreprise. Il y a eu beaucoup de mal-être ces derniers temps. La conduite du changement peut générer du stress, dit-il en novlangue managériale. La médecine du travail et l’inspection du travail ont été alertées. Un plan de prévention des risques psychosociaux va d’ailleurs être présenté au CHSCT. GRAU se défend pourtant de toute menace ou pression. Il fallait relancer cette société, j’ai fait venir des compagnies prestigieuses. Oui, il y a parfois des moments plus tendus que d’autres, mais je suis un humaniste, plaide-t-il, tout en soulignant qu’il n’est pas mis en examen. Il invoque aussi la petite musique du complot. Je suis honnête, je n’ai pas l’esprit mafia comme beaucoup d’élus à Perpignan – NDLR. Rappelons qu’il est le 1er adjoint de la Ville… – cela dérange.

Aux électeurs de dire s’ils sont sensibles à ses arguments. Selon le parquet, il n’est pas exclu que l’enquête soit dépaysée, l’épouse de Romain GRAU étant elle-même magistrate à Perpignan ».