Sous ce titre, le mouvement politique « Oui au Pays Catalan » communique :
« Oui au Pays Catalan s’est positionné dès sa fondation sur les énergies renouvelables en développant un plan d’autonomie énergétique pour les Pyrénées-Orientales. Actuellement, un projet éolien visant notre région des Aspres, critiqué par le collectif « Le vent tourne », fractionne la population et les élus. En cas d’aboutissement, le paysage serait défiguré par des éoliennes de 150 mètres de haut occasionnant les perturbations habituelles de ce type de productions.

Dans la région « Occitanie » que nous n’avons jamais choisie, un budget européen de 12,2 millions d’euros profitera au seul département de l’Aude. Des zones d’éoliennes en haute mer y sont prévues, notamment au large de Leucate. Mais aucun projet similaire n’est prévu au large du Roussillon, car l’Occitanie nous ignore tandis que nos députés et sénateurs départementaux brillent par leur passivité.
Favorables à un mix énergétique accompli, nous défendons l’adaptation des sources de production à la topographie et aux souhaits de la population. Il est impératif d’harmoniser le besoin énergétique des communes et des territoires et les installations présentes dans la nature. Les éoliennes doivent être implantées en haute mer, sur des fonds rocheux artificiels. Cette évolution doit être couplée intelligemment avec l’implantation de zones réservées à des fermes d’élevage de loups et de dorades de qualité. Cette double affectation de sites offshore favoriserait la pêche, gravement mise à mal ces dernières années ».