Le candidat LR-UDI a rencontré les commissaires de quartier : « Ils sont des relais importants sur le terrain, parce que au cœur des préoccupations quotidiennes des habitants. Ils sont le véritable lien social ! ».

 

Candidat de LR (Les Républicains) et de l’UDI sur la 1ère circonscription, Daniel MACH, maire de Pollestres, vice-président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) à la tête de la délégation des Mobilités, parcourt le terrain de la 1ère circonscription des P-O, qu’il va tenter de récupérer, en privilégiant le contact direct avec la population.

C’est ainsi qu’il ratisse « rue par rue » les quartiers perpignanais, les lotissements, les cœurs de village, qu’avec son équipe il effectue le porte-à-porte pour discuter, communiquer, expliquer et détailler son programme « chez l’habitant ». C’est ainsi qu’il a toujours procédé certes, et c’est peut-être ce qui lui donne un temps d’avance sur ses adversaires : la connaissance du terrain et des gens : « Je les côtoie depuis des années, ils m’ont souvent fait confiance, j’espère qu’ils continueront de le faire. En tout cas, ce que je peux affirmer c’est qu’avec Christine GAVALDA ma coéquipière partout où nous passons, où nous allons, nous sommes toujours très bien accueillis, très bien reçus ! ». Ce qu’il définit également comme étant un atout de son côté : « Je suis le seul candidat de la droite et du centre dans cette élection et dans cette circonscription. Désormais les choses sont claires, Romain GRAU porte les couleurs de la gauche puisque son directeur de campagne n’est autre que l’ancien assistant parlementaire socialiste du député Jacques CRESTA, un certain Laurent ROSELLO, et que celui qui manage son agenda à ses côtés est Vincent MALHERBE, le mari de Mme la présidente socialiste du Conseil général, Hermeline MALHERBE. Je suis le seul à porter les valeurs de la droite et du centre, je suis le seul aussi toujours dans cette 1ère circonscription à pouvoir dans ces conditions me prévaloir du soutien du maire de Perpignan au travers de la présence à mes côtés d’une jeune conseillère municipale de Perpignan qui fait un travail formidable,  Christine GAVALDA-MOULéNAT… Les électeurs-trices sont prévenus, ils savent maintenant à qui ils ont à faire. Ils ont le choix, un vrai choix de société devant eux, entre une offre électorale à gauche éclatée, et ma candidature proposée par les Républicains ».