De source parisienne généralement bien informée, concernant les prochaines élections législatives (mai 2012), au sein des instances nationales de l’UMP…

– Sur la 1ère circonscription : Daniel Mach, député sortant, maire de Pollestres, devrait être investi « sans aucun problème » dès le mois de décembre.

– Sur la 4ème circonscription : idem pour la députée sortante, Jacqueline Irles, maire de Villeneuve-de-la-Raho, qui devrait être confirmée dans son rôle dès le mois prochain… Sachant que cette 4ème circonscription (d’Argelès-sur-Mer à Prats-de-Mollo via Céret…) serait déjà dans la colonne « Peu d’espoir d’être conservée », mais Mme Irles fait l’unanimité à Paris au sein de l’UMP. Donc, on ne la touche pas !

– Sur la 3ème circonscription : l’investiture viendrait plus tard, en janvier 2012 ? Des tractations seraient en cours, et non des moindres, même s’il ne fait aucun doute que l’Elysée a déjà choisi son candidat pour ce territoire : Jean Castex, maire de Prades, conseiller régional du Languedoc-Roussillon et, surtout, secrétaire général-adjoint de l’Elysée plus particulièrement en charge des Affaires sociales. On ne parle que de lui dans le (très) proche entourage du Président de la République. Jean Castex est, en plus, un proche de Xavier Bertrand… ennemi juré (dit-on) de Jean-François Copé, patron de l’UMP. C’est au niveau du choix du suppléant de Jean Castex que cela devrait se jouer. François Calvet (sénateur-maire de Le Soler et président du comité départemental de l’UMP’66) et Jean-Marc Pujol (maire de Perpignan), pencheraient pour Mme Véronique Vial-Auriol (conseillère générale) ; d’autres miseraient plus sérieusement sur Robert Vila (maire de Saint-Estève) ou sur Gilles Foxonet (maire de Baixas et secrétaire départemental de l’UMP’66)… A surveiller.

– Enfin, sur la 2ème circonscription (de la Côte Radieuse à la Salanque, en passant par Canet-en-Roussillon, Perpignan-Nord et le Rivesaltais), c’est la « cata »… Pas dans le sens de « cata… lan », mais bien dans celui de « cata… strophe » ! Il semblerait que le député sortant, le docteur Fernand Siré, maire de Saint-Laurent de la Salanque, ne fasse plus l’unanimité, au sein de l’UMP’66 en tout cas, même si à Paris, le concernant, certains font de la résistance pour l’imposer. En tout cas, « Fernand » (comme on l’appelle plutôt sympathiquement en Salanque), serait sur un siège éjectable. Ce qui inquièterait le plus à Paris, c’est que même parmi les autres prétendants à la succession – même si « Fernand » dit vouloir aller jusqu’au bout des urnes et surtout pas se retirer quoi qu’il lui en coûte… – aucun ne semble faire l’unanimité, « à cause de haines ancestrales et nouvelles au plan local ». Ambiance, ambiance !