Si pour accorder l’investiture sur la 1ère, la 3ème et la 4ème circonscription des Pyrénées-Orientales – respectivement à Daniel Mach (député sortant), Jean Castex et Mme Jacqueline Irles (députée sortante) – cela n’a pas traîné a été vite expédié, en revanche pour accorder l’investiture sur la 2ème circonscription l’UMP, dont le Bureau national des Elections se réunissait hier soir à son siège parisien (238 rue de Vaugirard), n’a pas réussi à se déterminer…

Les adhérents, militants et sympathisants UMP de la 2ème circonscription des P-O – Qui regroupe entre autres les cantons de Perpignan I, Côte Radieuse, Canet-en-Roussillon, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Rivesaltes, Saint-Paul-de-Fenouillet, Latour-de-France… – devront encore patienter quelques jours, jusqu’au 28 janvier 2012 date du congrès national de l’UMP et donc dernier délai, pour connaître le nom de leur candidat pour les législatives qui auront lieu en juin prochain.

En effet, le Bureau national des Election qui s’est tenu hier soir au complet autour du secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, et en présence des trois députés sortants candidats à leur propre succession – Mme Jacqueline Irles, Daniel Mach et le docteur Fernand Siré – n’a pu se déterminer sur un nom, même si de l’avis des participants à ce rendez-vous c’est le docteur Siré qui au final devrait être investi. Il n’en demeure pas moins, selon quelques indiscrétions, que « la candidature du maire de Saint-Cyprien, Thierry Del Poso, reste le principal et sérieux obstacle à l’investiture du député sortant (…) ».

En effet, si les autres candidatures ne semblent pas avoir fait l’objet d’un quelconque débat – pourtant, dans cette compétition, le jeune David Bret, conseiller municipal de la Ville de Canet-en-Roussillon et conseiller communautaire PMCA, bénéficiait de l’entier soutien des quatre maires du canton de Canet-en-Roussillon et au-delà d’élus de la Salanque (comme Louis Carles à Torreilles…), jusqu’au président de l’agglo PMCA dit-on – c’est bien le duel Siré/ Del Poso qui aurait retenu l’attention des sélectionneurs Umpistes et provoqué cet ajournement.

IL N’Y AURA PAS DE SONDAGE POUR LES DéPARTAGER

Fernand Siré aurait bien soulevé avec succès la présence à ses côtés de soutiens de poids – comme celui du maire de Rivesaltes, André Bascou, ex-député RPR de cette 2ème circonscription – mais dans le même temps certaines voix se seraient inquiétées, toujours lors de ce rendez-vous d’hier soir, de la désaffection de la majorité des militants et élus UMP du Barcarès et de Canet-en-Roussillon exprimée à l’égard d’une candidature de Fernand Siré. Deux communes au poids électoral incontournable dans cette 2ème circonscription que l’UMP souhaiterait – peut-être plus qu’ailleurs dans le département ? – pouvoir conserver. Bref, le doute s’est installé, et c’est ce doute qui a conduit l’UMP à se donner davantage de temps pour choisir.

Une certitude cependant : contrairement à ce qui avait été avancé, jusqu’à récemment encore, il n’y aura pas de sondage de notoriété pour désigner un « avant-vainqueur » sur cette 2ème circonscription.