Entourée de Christian Bourquin, sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, et de Hermeline Malherbe, présidente du Conseil général des Pyrénées-Orientales, Toussainte Calabrese (PS), conseillère générale (canton Perpignan IX) et candidate aux élections législatives sur la 2ème circonscription des Pyrénées-Orientales, affiche une forme éblouissante.

Depuis mardi, depuis que le Front national a décidé de retirer sa candidate, Irina Kortanek, pour apporter son soutien au député-candidat de l’UMP Fernand Siré, Toussainte Calabrese reçoit, elle, au quotidien, des dizaines de soutiens d’électeurs-trices qui ne sont pas forcément de gauche mais qui souhaitent sa victoire, dénonçant de la part du FN « une lamentable et grossière mascarade qui ne grandit pas la politique au sens noble du terme et qui, une fois de plus, vient justement jeter le discrédit sur la classe politique… ». Dans ces électeurs-trices, il y a justement des gens qui ont voté FN au 1er tour : « On ne nous y reprendra plus ! A quoi bon voter pour un parti qui nous abandonne au milieu du gué, qui nous jette avec l’eau du bain pour nous demander de voter au second tour pour un candidat contre lequel nous avons voté au premier tour… C’est nul ! On ne nous y reprendra pas ».

En tout cas, loin de la polémique, s’appuyant uniquement sur le programme du président de la République, François Hollande, détaillant les nombreuses propositions du nouveau locataire de l’Elysée « pour remetttre la France sur les rails », Toussainte Calabrese avance, va à la rencontre de ses supporters de plus en plus nombreux, enthousiastes et déterminés, comme c’était encore le cas mardi soir à Pia, avec son suppléant Michel Maffre, 1er adjoint de cette commune, et en présence de José Puig, maire de Claira, conseiller général et président de la communauté de communes Salanque Méditerranée.

Toussainte Calabrese et Michel Maffre ont été longuement et chaleureusement applaudis aux cris de « Toussainte, c’est maintenant ! ».