Si les sondages disent vrai, et il n’y a aucune raison d’en douter…

– En règle générale, Christian Bourquin (PS), sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, est au soir d’exaucer son voeu le plus cher : réaliser le grand chelem en remportant les quatre circonscriptions des P-O, toutes, pourtant, actuellement détenues par l’UMP ! Retour à la case 1997. Cette année-là, le FN déjà !, grand tombeur du tandem RPR-UDF, avait permis à la gauche de tout rafler : Jean Vila (PCF) sur la 1ère circonscription ; Me Jean Codognès (PS) sur la 2ème ; Christian Bourquin (PS) sur la 3ème et Henri Sicre (PS) sur la 4ème.

– Sur la 1ère circonscriprion, en cas de triangulaire au second tour, les sondages annoncent le plus grand gadin de l’histoire électorale locale avec la chute historique d’un Daniel Mach déjà ridiculisé dès le 1er tour (ce dimanche), puisqu’il n’atteindrait que 29,5% des suffrages exprimés… contre 46,56% le 10 juin 2007 (date du 1er tour des précédentes législatives). Soit une perte nette de près de 20 points ! C’est « hé-naur-me »… Qui dit mieux ? Dans le même temps, toujours en comparant ce qui est comparable, les législatives au soir du 1er tour, le PS ferait un bond conséquent, passant de 14,80% (avec Martine Joseph le 10 juin 2007) à 20% (avec Jacques Cresta comme candidat), ainsi que le PCF (FdG aujourd’hui) de 14,80% (avec Jean Vila) à 18% (toujours Jean Vila). Mais c’est le candidat Frontiste Bleu Marine (FN), qui réaliserait l’opération la plus spectaculaire, puisque le FN de Louis Aliot (au 10 juin 2007) passerait de 6,74% à 24% avec le même Louis Aliot devenu entre temps, avocat à Perpignan, résident à Millas, N°2 du FN au plan national… et compagnon de Marine Le Pen.
Dans cette 1ère circonscription, dans tous les cas de figure d’une triangulaire au second tour – UMP/ FN/ PS ou UMP/ FN/ FdG – Daniel Mach serait largement battu par le candidat de gauche. Seules probabilités pour le député-sortant UMP de s’en sortir, toujours selon d’après les instituts d’opinion : un duel UMP/ FN… Ou une quadrangulaire (on l’a déjà vu !) : UMP/ FN/ PS/ FdG.

– Sur la 2ème circonscription, Fernand Siré (UMP), maire de Saint-Laurent de la Salanque et député sortant, va peut-être enfin pouvoir réaliser son rêve… Lui qui claironne dans toutes ses réunions publiques « que le seul avenir de ce département des Pyrénées-Orientales c’est de venir y passer sa retraite (…) », l’électorat jeune appréciera au passage, si l’on en croit les sondages, et malgré que cette 2ème circonscription soit la plus à droite sur l’échiquier politique départemental, il n’aurait plus aucune chance d’être réélu. Une triangulaire serait en vue, avec une participation supérieure à 58%, mettant en présence au second tour l’UMP, le FN et le PS, et c’est naturellement la candidate socialiste, Toussainte Calabrèse, qui serait largement élue au soir du 17 juin 2012. Encore inconnue sur la scène politique départementale avant les élections cantonales de 2011 – elle a battu le FN de Louis Aliot sur le canton IX de Perpignan- la protégée de Christian Bourquin aura fait en quelques mois un parcours ex-cep-tion-nel ! Grâce à elle, Fernand Siré va enfin pouvoir couler une retraite tranquille, les doigts de pieds en éventail sur… la plage du Barcarès ? On le lui souhaite, puisque tel est son désir.

– Sur la 3ème circonscription, tous les observateurs sont unanimes : Jean Castex (UMP), maire de Prades et conseiller régional, a démarré sa campagne trop tard, avec beaucoup trop d’hésitation. Et ce ne sont pas les succès populaires de ses deux dernières réunions publiques – dans le quartier Saint-Assiscle mardi à Perpignan, à Saint-Estève hier soir devant plus de 300 personnes – qui vont changer le cours de ces législatives. Pour les sondeurs, la messe est dite : c’est Ségolène Neuville (PS), autre personnalité découverte et portée par Christian Bourquin dans le cadre de sa rénovation du personnel politique roussillonnais, qui devrait succéder à François Calvet (UMP), devenu sénateur en septembre 2011. Rénovation entreprise en 2008 avec les brillants succès électoraux aux cantonales de Hermeline Malherbe, actuelle présidente du Conseil général des P-O… et de Ségolène Neuville, future députée et…

– Enfin, pour ce qui est de la 4ème circonscription, pour les sondages, la situation serait limpide, claire comme de l’eau de roche : en bref, il n’y aurait pas photo ! Pierrot Aylagas (PS), maire d’ Argelès-sur-Mer, conseiller général et président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille s’apprêterait « à s’installer tranquillement, logiquement » dans le fauteuil de député de la 4ème circonscription « Que la gauche n’aurait jamais du perdre en 2007 » ; si ce n’est à cause d’une lutte fratricide suicidaire au sein du PS, avec la présence d’un certain Olivier Ferrand, aujourd’hui reparti en « terre inconnue » (en Provence, en fait, sur la terre de ses ancètres, nous dit-on…).