Sollicité par le Collectif pour la sauvegarde de la baie de Banyuls-sur-Mer sur sa position quant au projet d’extension du port, Pierre Aylagas (PS), maire d’Argelès-sur-Mer, conseiller général, président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille, candidat aux élections législatives des 10 et 17 juin prochains, lui a adressé la réponse suivante

« Président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille, je suis depuis plusieurs mois vos démarches afin que la voix des citoyens que vous représentez soit entendue.

Si nul ne conteste l’indispensable sécurisation du port, un projet d’une telle envergure nécessite un véritable débat sur la place publique, débat pouvant déboucher sur une consultation des citoyens.

Plusieurs possibilités sont à ce jour à la disposition des citoyens et des élus. La Constitution prévoit la possibilité pour les collectivités territoriales de soumettre, par la voie du référendum, à la décision des électeurs, les projets de délibération ou d’acte relevant de leurs compétences. La Loi du 1er août 2003 relative au référendum local prévoit l’instauration d’un droit de pétition permettant aux électeurs d’obtenir l’inscription à l’ordre du jour d’une assemblée locale d’une question relevant de sa compétence.

Devant la mobilisation qui est la vôtre et les interrogations légitimes que soulève ce projet, l’organisation d’un référendum local, précédé d’un véritable débat public où tous les enjeux seraient présentés à la population, me semble être la solution la plus pertinente. C’est celle en tout cas que je soutiens publiquement puisque vous m’interrogez quant à ma position sur ce sujet.

Concernant la Délégation de service public (DSP), je reste profondément attaché à son exercice par une régie, qu’elle soit municipale ou intercommunale. L’entrée des quatre communes de la Côte Vermeille dans la Régie de la communauté de communes pour la production et la distribution de l’eau potable et l’assainissement des eaux usées en est l’illustration (…) ».