José Puig (Sans Etiquette/ centre Droit) : « Faire barrage à Fernand Siré. Tout sauf lui ! »

Devant plus de 400 personnes réunies à la salle municipale omnisport de Claira, dont il est le maire, José Puig (Centre Droit), par ailleurs conseiller général (canton de Saint-Laurent de la Salanque) et président de la communauté de communes Salanque Méditerranée, a appelé « à faire barrage au député sortant, Fernand Siré »…

« Je remercie tous les électeurs qui ont cru dans un homme, dans un humaniste, et non pas dans un parti politique.
Je n’ai jamais voté Front national, je ne voterai donc pas Front national.
Devant la gestion désastreuse de Fernand Siré dans la commune de Saint-Laurent de la Salanque dont il est le maire, j’appelle tous les électeurs à ne surtout pas voter pour Fernand Siré car, si d’aventure il devait être élu, il ne manquerait pas de ruiner la France comme il est en train de ruiner Saint-Laurent ! ».

//////////

Une suppléante bien encombrante pour Fernand Siré…

En ballottage défavorable, au soir de ce 1er tour des élections législatives, le docteur Fernand Siré (UMP), député sortant sur la 2ème circonscription, par ailleurs maire de Saint-Laurent de la Salanque, doit regretter très amèrement d’avoir pris pour suppléante une illustre inconnue en la personne de Christine Llorens (dont la famille est originaire de la 4ème circonscription…).

En effet, tandis que certains dans son entourage le pressait de négocier le retrait de la candidate du Front national, Irina Kortanek, le docteur Fernand Siré exprimant même sur des ondes locales son souhait « de voir se mettre en place un front de droite » autour de sa candidature… à l’autre bout de la France, Jean-François Copé, le patron de l’UMP, martelait son « non aux accords avec le FN ». Problème, Christine Llorens, la suppléante de Fernand Siré dans cette élection, est aussi l’attachée parlementaire de… Copé !
A la télé, Alain Juppé, ancien ministre, autre ténor de l’UMP, en remettait une couche : « Il n’y aura d’alliance avec le Front national en aucune circonstance ».

//////////

Daniel Mach aurait-il perdu son flair politique ?

Jeudi soir, à Perpignan, dans le quartier de Las Cobas, lors d’un meeting en guise de clôture de sa campagne électorale, Daniel Mach (UMP), député sortant candidat à sa propre succession sur la 1ère circonscription, maire de Pollestres et vice-président de l’agglo de Perpignan (PMCA), a déclaré mot pour mot : « Il y a des campagnes qu’on sent ou qu’on ne sent pas… Moi, celle-ci, je la sens bien… ça fleure bon la victoire ! ».
Pas de chance pour lui, car si Daniel Mach arrive bien en tête au soir du 1er tour, avec 28,21%, il devra cependant affronter au second une triangulaire qui le place d’ores et déjà dans un ballottage défavorable. Cela devrait lui rappeler 1997… Lorsque le FN, dans le cadre d’une triangulaire, avait fait chuter le député sortant de l’époque, Claude Barate (RPR) ! Comme quoi, souvent, l’histoire est un éternel recommencement. Mais nous n’en sommes pas (encore) là.

//////////

Mieux que « l’effet kiss cool »… l’effet Christian Bourquin !

L’effet Christian Bourquin – du nom du sénateur socialiste des Pyrénées-Orientales et président de la Région Languedoc-Roussillon – continue de surfer sur la vague du succès pour les candidats qui se revendiquent de l’ancien patron du Département… La raison de cette belle réussite ? « L’effet Christian Bourquin rassemble bien au-delà de sa famille politique », répond Ségolène Neuville (PS), conseillère générale, candidate aux élections législatives sur la 3ème circonscription (dont un certain Christian Bourquin fut le député il y a une quinzaine d’années…).
En tout cas, les observateurs de la politique locale – instituts de sondages et médias confondus – seraient bien inspirés à l’avenir d’être plus attentifs aux prédictions de Christian Bourquin, lequel, il y a 8 mois, déjà, avait donné les résultats de ce 1er tour des législatives dans les quatre circonscriptions des P-O. Pour celles et ceux que ça intéresserait, sait-on jamais, il avait même ajouté à son tableau de chasse les résultats finaux du second tour… Il suffisait de (les) demander !

//////////

Un cinquième député pour les P-O… dans les Bouches-du-Rhône ?

Dimanche prochain, le département des P-O pourrait compter un cinquième député… En effet, Olivier Ferrand, qui se présente dans la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône, a contredit tous les sondages au soir de ce 1er tour des législatives, en se plaçant 2ème avec 31,55% des voix, derrière le candidat UMP, Nicolas Isnard (32,6%), mais devant le candidat FN Gérald Gérin (21,97%). Hélène Le Cacheux termine loin derrière à 5,76% des voix pour le Front de Gauche (FdG) ; le MoDem, Claude Cortési, recueille 2,65% des exprimés.
Olivier Ferrand est à ce jour encore élu au conseil municipal de Thuir, dans l’équipe de la Majorité municipale de René Olive (PS), par ailleurs conseiller général et président de la communauté de communes des Aspres.

//////////

Olivier Amiel (MRC) : « Des scores de bonne augure pour les municipales de 2014 »

« Les résultats obtenus par Atika El Bourimi et Ahmed Sobban du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) de Jean-Pierre Chevènement, sont encourageants.

En effet, avec un budget représentant 1% des campagnes de l’UMP ou du PS, et sans chéquier d’argent public destiné aux subventions de dernière minute et aux encarts publicitaires dans le quotidien local… Nos candidats ont prouvé qu’il était possible de faire de la politique autrement, de manière courageuse, et avec comme seul objectif la défense du sens de la République.

Leurs scores sur Perpignan (1,6% sur les bureaux urbains de la 1ère circonscription et 1% sur la 3ème circonscription) est de bon augure pour les municipales de 2014. Ils donneront dans la semaine leurs consignes de vote pour le second tour ».

//////////

Jean-Paul Thomas, Délégué départemental des Nouveaux Ecologistes du Trèfle

« Les résultats des élections législatives ont été proclamés, et je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont accordé leurs suffrages.

La reconnaissance de notre cause véritablement écologiste n’est pas chose aisée, et pourtant nous avons pu faire entendre notre voix, malgré nos moyens infimes.

Nous regrettons toutefois le taux exceptionnellement élevé de l’abstention (42,77%) car cela est un révélateur inquiétant pour l’avenir de notre démocratie.

Nous sommes fiers d’avoir porté à l’occasion de cette campagne électorale, les couleurs de la cause animale, de la défense de l’environnement et de la mise en place d’une véritable politique de développement durable. Pour autant, le combat ne s’arrête pas là, puisque des consignes de vote seront données cette semaine afin de promouvoir nos engagements ».