Communiqué

 

« On sait que de l’inversion de la courbe du chômage dépend la réélection de François Hollande, voire simplement de sa capacité à se représenter. Tout doit donc être fait pour inverser cette satanée courbe, autrement que par les formules à la fois savoureuses et consternantes du ministre Michel Sapin. Puisque le chômage persiste, il existerait peut-être une solution : faire disparaître les chômeurs…  

On connaissait le traitement administratif du chômage qui fait baisser de manière artificielle le nombre de chômeurs. Pôle Emploi utilise d’autres méthodes pour parvenir au même but. Elle invite les chômeurs nouvellement inscrits de s’engager dans une démarche appelée « Activ’Emploi ». Inutile de préciser qu’il n’est pas de bon ton de refuser une invitation de Pôle Emploi.

Cette prestation est dispensée par des cabinets de conseil partenaires de Pôle Emploi où des « coachs » boostent les chômeurs en leur proposant diverses activités précédemment assurées en direct par Pôle Emploi (révision de CV, rédaction de lettres, simulations d’entretiens, etc.). Le chômeur est tout d’abord invité à consommer davantage pour favoriser sa recherche d’emploi. En plus de l’acquisition d’un véhicule pour se rendre à son futur travail, il est conseillé d’acquérir un smartphone, un PC, de s’abonner aux réseaux professionnels (Viadeo, Linkeln), et enfin de télécharger Skype pour être joignable en permanence. Skype permet d’enregistrer le coach en tant qu’ami afin que celui-ci puisse communiquer avec le chômeur et savoir en tant réel quand il est connecté. Un véritable flicage !

Les demandeurs d’emploi reçoivent désormais des publicités ciblées. C’est ainsi que Job Avance promet de faire « gagner en visibilité auprès des recruteurs » et « bénéficier d’un parcours de coaching professionnalisé ». Contre un abonnement à partir de 8,30 euros par mois. Qui devient après avoir accédé au site un abonnement à 9,90 euros mensuels. Il n’y a pas de petits profits…

Le RCP’66 dénonce cette marchandisation rampante via ces annonces. Il dénonce également le traitement fait aux demandeurs d’emploi considérés comme une masse inactive qu’il faut à tout prix occuper.

Qui peut croire qu’un emploi s’obtient comme au loto ? Peut-être ceux qui croient qu’une présidentielle se gagne ainsi ? Qu’ils soient anciens ou actuels présidents, ils oublient certainement qu’il existe des passifs qui ne passent pas… ».

 

Alain MIH, animateur du RCP 66