Le PCF’66 a décidé d’interpeller les 6 parlementaires du département – il a (in)volontairement oublié Mme Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (UMP), 3ème adjointe de la Ville de Perpignan et encore députée européenne pour quelques mois… – et en particulier bien sûr celle et ceux de gauche (Mme Ségolène Neuville, Pierre Aylagas, Christian Bourquin et Jacques Cresta), sur la question de la ratification du traité budgétaire européen dont le PCF’66 rappelle que « dans un récent sondage ils apparait clairement que 72% des Français sont favorables à un référendum sur le sujet (…) ».

Dans une longue lettre, le PCF’66 leur explique que « dans les Pyrénées-Orientales, l’adoption du traité budgétaire européen va se traduire par des coupes sombres dans les budgets des communes, du Conseil général, du Conseil régional, par des transferts de charges qui pèseront lourdement sur les familles, par la privatisation des services publics… Des mesures d’austérité qui auront des impacts lourds de conséquence sur l’emploi et le développement économique de notre région, déjà très touchée par la crise financière et, plus grave encore !, sur le niveau des salaires, des retraites, des prestations sociales et le contrat de travail à durée indéterminée (…). Monsieur le député, cet enjeu pour la France et les Français mérite un grand débat démocratique. Afin de donner toutes les chances à ce débat, nous vous demandons de voter contre la ratification du pacte budgétaire européen, officiellement appelé traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), lorsque celui-ci sera présenté à l’Assemblée nationale« .