« Canton Perpignan/Cabestany : Coup dur pour la Démocratie ! »

par Claudine Fuentes, candidate FN aux dernières élections départementales, conseillère municipale et communautaire.

« Moins d’un an après son élection, dans le plus grand mépris de ses électeurs, le conseiller départemental communiste Jean VILA démissionne de son mandat.

Rappelons que sur ce canton, la droite a été balayée dès le premier tour, et que le parti communiste, face au Front National au second tour, n’a du son salut qu’à la complicité et au « sacrifice républicain » du Club de Romain GRAU, 1er adjoint au maire de Perpignan, qui n’a pas hésité à appeler à voter pour le binôme VILA/ FITER, les citant nominativement.

La droite appelant à voter communiste on aura tout vu ! Quel aveu de connivence !

Quelle belle illustration du pacte secret qui existe entre la gauche et la droite locale pour se répartir le gâteau, le Département pour la gauche, la mairie et la Communauté Urbaine pour la droite !

Monsieur VILA justifie aujourd’hui sa démission en précisant qu ‘ « il ne voulait pas se présenter, mais qu’en tant qu’homme politique responsable », il estimait être le seul à pouvoir sauver son canton face à l’ascension fulgurante du Front National.

Et bien Monsieur VILA a eu raison de s’affoler, car il est bien clair que sans la notoriété de son titulaire et sans le secours de la droite locale, le score de son remplaçant, Rémi LACAPERE, n’aurait pas permis au parti communiste de remporter ces élections.

La démission de Monsieur VILA, programmée mais cachée aux électeurs, n’est qu’un exemple de ces combinaisons politiciennes qui écoeurent les électeurs aux fil des consultations et les amènent à porter désormais leur choix sur les candidats du Front National, des hommes et des femmes de conviction qui ne souhaitent en aucun cas ressembler à cette caste ! ».