« Présents à la réunion organisée au sujet du gazoduc, hier lundi 22 janvier à Perpignan, et suite aux réponses apportées par la société TIGF, « Les Eco-Citoyens de Perpignan » s’opposeront fermement au projet Step.
Il ne s’agit pas un projet pour notre territoire, mais d’un projet stratégique qui vise à accroitre notre dépendance en énergie fossile avec des considérations et une vision rétrograde des échanges Nord Sud.
Les initiateurs du projet nous ont présenté les pseudo-avantages locaux, mais les volets « aménagement du territoire » et « développement économique » sont en réalité inexistants: aucun acteur industriel du secteur n’a pu démontrer que les besoins en gaz naturel allaient croissants; il est même prévu une baisse de la consommation d’ici 2035, liée à l’efficacité énergétique des logements; aucun projet de méthanisation sur les territoires ruraux concernés n’a été sérieusement étudié; et la proposition d’installer la fibre optique semble une blague, puisqu’il existe un plan très haut débit déjà initié et mis en oeuvre par le Département des P.O.
Quant à l’estimation de retombées économiques pour les territoires (environ 3 millions d’€ sur 2 départements !), il s’agit d’une piécette pour faire avaler la pilule.
La réalité est que le Step n’est pas un projet pour le territoire et qu’il est en contradiction avec les engagements pris lors de la COP21, alors même que les Etats ont du mal à respecter leurs engagements en la matière.
L’argent mobilisé devrait être fléché sur des projets qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre et non pas à ceux qui les augmentent.
L’association « Les Eco-Citoyens de Perpignan » s’oppose à ce projet, nuisible pour nos territoires et  qui va à l’encontre de la lutte contre de réchauffement climatique ».

Philippe Saintlos, président « Les Eco-citoyens de Perpignan »