Dans l’hémicycle

L’Assemblée Nationale a adopté deux projets de loi, l’un sur l’interdiction de production des hydrocarbures à l’horizon 2040 et l’autre sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. « Un mot sur ce dernier, adopté encore à une très large majorité. Il convient de relever que cette version est le fruit d’un accord entre l’Assemblée nationale et le Sénat. Loin des affichages de certains Républicains à l’Assemblée, leurs homologues au Sénat ont adopté une attitude constructive pour amender le texte », affirme le député Sébastien CAZENOVE.

En parallèle, la modification du règlement de l’Assemblée a servi de prétexte aux insoumis pour ouvrir la question de la place du drapeau européen. « Comme l’avait dit le Président de l’Assemblée, François de RUGY, dans son discours d’intronisation, ce drapeau a toute sa place dans l’hémicycle. La France est l’un des membres fondateurs de l’Union européenne. Surtout, l’Assemblée nationale a un rôle constitutionnellement reconnu pour se prononcer sur le projet européen. Le Président de la République a justement signifié son intention de reconnaître formellement ce drapeau au prochain Conseil européen ».

Finances :

Par ailleurs, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 a été présenté la semaine dernière : « Il prévoit, et il convient de mettre l’accent dessus, une baisse des cotisations sociales pour les salariés – pour un salarié au SMIC, cela représente 263€ en 2019 -, un abaissement des charges pour les entreprises, une suppression du RSI pour les indépendants et une hausse du financement pour les établissements accueillant des personnes en perte d’autonomie. »

Economie :

La Commission permanente des affaires économiques a auditionné cette semaine, le PDG du Groupe Alstom pour évoquer notamment la question de la fusion avec Siemens. « Cette audition m’a permis d’interroger le PDG à propos du développement des trains de nuit, qui souffre aujourd’hui d’un déficit d’image et d’un déficit commercial. Cette question prolongeait ainsi ma rencontre avec le Collectif « Oui au train de nuit » qui défend, entre autre, la liaison en Paris et Cerbère », rappelle le député Sébastien CAZENOVE.

Sébastien CAZENOVE avec Bernard LAPORTE.

Sport :

Enfin, une délégation de l’Amicale parlementaire de rugby était conviée dans les locaux de la Fédération française de rugby à Marcoussis. C’était l’occasion pour le Président Laporte et son équipe de présenter le dossier de candidature pour l’organisation de la Coupe du Monde 2023 en France. « Les parlementaires présents ont apprécié ce moment et seront d’un soutien sans faille à ce projet », poursuit le député Sébastien CAZENOVE.

En circonscription :

De gauche à droite : Jean SOL (LR/ Les Républicains), sénateur des P-O, Sébastien CAZENOVE (LREM/ La République En Marche!), Laurence GAYTE (députée LREM de la 3ème circonscription des P-O), le Préfet des P-O Philippe VIGNES et le député Romain GRAU (LREM)

Sécurité :

Les questions de sécurité, de protection des personnes et des biens sur notre territoire sont essentielles. Après les rencontres du Syndicat Alliance Police Nationale et la visite de la PAF au Perthus en septembre dernier, le député Sébastien CAZENOVE rencontré le vendredi 13 octobre le Lieutenant-Colonel Nauret en charge du commandement du Groupement de Gendarmerie Nationale. Le Groupement assure la sécurité publique de l’ensemble des Pyrénées-Orientales, sauf Perpignan.

« Le bilan de la délinquance sur le département et des actions de forces de sécurités mises en œuvre porte des résultats encourageants. Par ailleurs, les conditions de travail de nos gendarmes, dont la réserve est constituée de deux tiers de volontaires issus de la société civile et d’un tiers d’anciens militaires, ont été abordées ».

Les Rencontres de la Sécurité regroupant policiers, gendarmes, représentants de la sécurité routière, armée, personnels de la préfecture ont été organisées le samedi 14 octobre devant le Palais des Congrès de Perpignan. Elles associaient les nombreux partenaires de l’État à l’image des collectivités territoriales (mairie de Perpignan) et des associations de protection civile ou de sécurité routière. Ces rencontres destinées à tous publics, scolaires, familles, commerçants, séniors, et élus ont pour objectif d’aider chacun à se prémunir des dangers de la vie quotidienne (délinquance, accidents de la route ou domestiques…) et à bien réagir lors des situations exceptionnelles (attentats, inondations, incendies…) en adoptant les bons réflexes et les gestes qui sauvent.

Economie :

Face à un environnement conjoncturel et un contexte économique difficile, L’UMIH’66 (l’Union des Métiers des Industries Hôtelières des P-O), réseau de professionnels du secteur CHRD (Café, Hôtels, Restaurants, Discothèques) des Pyrénées Orientales, a recensé les problématiques afin d’explorer des pistes de réflexion pour dynamiser ce secteur important dans notre département. Je ferai en commission des affaires économiques remonter les questions liées aux métiers de l’hôtellerie notamment sur la formation professionnelle. L’accès facilité aux services de « bloctel » afin de limiter le harcèlement téléphonique mérite également une mention.

Education :

Les langues régionales sont reconnues au plus haut niveau du cadre juridique français par leur mention dans la Constitution. Depuis 2001, l’éducation nationale poursuit ses efforts pour développer l’apprentissage des langues vivantes régionales et la connaissance des cultures qu’elles portent. « En ce sens, souligne le député Sébastien CAZENOVE, l’APLEC, une association réunissant des enseignants, de la maternelle à l’université, des étudiants et des parents d’élèves, soutient l’enseignement du catalan et l’enseignement bilingue, public ou privé, et immersif (écoles Arrels, Bressola, Comte Guifré). L’APLEC encadre, forme et gère les intervenants de catalan dans les écoles de 36 villages et de 18 écoles de Perpignan, soit la moitié des heures d’enseignement du catalan dans les Pyrénées-Orientales. Après une première rencontre en aout dernier, soulignant l’importance de préserver et faire vivre le catalan, une question a été posée au ministre de l’éducation nationale sur les mesures mises en œuvre pour assurer l’enseignement du catalan dans de bonnes conditions ».