Communiqué de presse.

 

« Suite aux perquisitions au siège du Parti de Gauche le 16 octobre dernier les réactions et indignations sont nombreuses. Le Parti de Gauche 66, interloqué, choqué, a pris le temps de la réflexion avant de réagir.
La résonance est grande avec la situation d’un certain nombre de responsables politiques de l’autre côté des Pyrénées. Nous qui sommes proches de l’Espagne savons ô combien les démocraties d’apparat sont promptes à dégainer sur la moindre brebis qui s’éloigne du troupeau. Faisons-nous si peur à Jupiter qu’il masque le remaniement catastrophique des hautes sphères de l’Olympe par des perquisitions arbitraires ? Faisons-nous si peur à Jupiter qu’il devenait urgent de faire main basse sur les documents stratégiques du PG et de La France Insoumise ?
Alors, osons dire : à quand des prisonniers politiques en Macronie ?
Pour information, la co-secrétaire départementale et moi-même disposons à nos domiciles respectifs de documents relatifs aux stratégies locales du PG et de LFI. Nous souhaitons prévenir la police que nous dormons parfois seuls, parfois non, mais que la porte est ouverte. Alors de grâce, qu’elle ne casse rien…

 

Mickael IDRAC et Catherine DAVID, co-secrétaires départementaux du PG 66.