Jacques Cresta (PS), député de la 1ère circonscription des P-O et vice-président de la Région Languedoc-Roussillon, se félicite de l’annonce faîte par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 14 janvier dernier à Caen, concernant le déblocage de 110 millions d’euros pour venir en aide à l’Association de formation professionnelle pour adulte (AFPA), ceci faisant écho à sa question écrite sur l’avenir de cette association posée le 18 décembre dernier au Ministre de la formation professionnelle et de l’apprentissage, Thierry Repentin.

Monsieur le député tient à rappeler que « l’AFPA gère 200 centres dans toute la France, représente 9500 emplois directs et forme 160 000 salariés par an ».

Or, de l’avis du parlementaire roussillonnais, » le précédent gouvernement et les parlementaires UMP ont laissé mourir l’Afpa à petit feu, en mettant en concurrence cette association sans lui donner les moyens d’y faire face ».

Aujourd’hui, pour répondre à cette urgence, et suite à la mobilisation des syndicats, des personnels et des parlementaires socialistes, le gouvernement a octroyé pour cette année, 110 millions d’euros, permettant de combler le déficit de 75 millions d’euros de l’Afpa tout en dotant l’association d’outils et de moyens permettant de se développer. Cette aide sera reconduite pour 2014 et un partenariat sera passé entre l’Etat, les partenaires et les Banques pour trouver un financement pérenne.

Jacques CRESTA, ainsi que les autres parlementaires socialistes du département, particulièrement mobilisés sur l’avenir de l’Afpa de Rivesaltes, sont soulagés par cette annonce, « qui permettra d’éviter toute suppression d’emploi et de licenciement économique en cette période particulièrement difficile pour les ménages ».

Soulagement également de voir cette ingénierie, ce professionnalisme des encadrants maintenus et préservés, car l’Afpa est un atout dans la lutte engagée par le gouvernement pour permettre aux jeunes d’obtenir une formation qualifiante facilitant l’accès à l’emploi.