Communiqué de presse de François Pelras, délégué du FN pour l’Agriculture et la Ruralité dans les P-O

 

« IL FAUT PROTEGER LES PRODUCTEURS FRANÇAIS »

« En ce 13 août 2014 à 8h du matin, je me suis rendu à la manifestation des producteurs concernant la crise des fruits et légumes  hélas, encore une fois.  Je n’en ai pas comptabilisé le nombre, mais en 35 ans, cela doit faire  plus de 200 manifestions.

J’étais présent, en  tant qu’agriculteur semi retraité, et responsable de l’agriculture au sein du FN66, je représentais Louis Aliot, Député Européen, qui n’a pu être présent.

Déçu par la mobilisation, oui, certes bon nombre d’agriculteurs ont disparu, mais avec  les P-O, le Gard, la Drôme, les Bouches du Rhône, le nombre devait péniblement atteindre les 200 personnes.

Déçu car nos préfets, nos ministres, nos  élus ont bien compris que leur désir va se réaliser enfin, ils ne seront plus  emmerdés  car les paysans ne représenteront plus rien.

Le Foll, le préfet ont annoncé que les contrôles seraient renforcés, le député Aylagas disait de même à un responsable agricole la semaine dernière, cela n’est que de l’enfumage, car à chaque contrôle les paysans découvrent des fraudes : marchandise ne correspondant pas avec le bon de livraison ou le calibre n’est pas celui annoncé sur l’emballage, les fruits sont très verts, la marchandise présente des traces de sharka, le bon de livraison annonce : pêche plate et c’est nectarine blanche. Aujourd’hui des barquettes de tomates et aubergines sans étiquette, sans la provenance, traçabilité ? Mais où va-t-on, c’est une organisation totalement mafieuse que couvre notre administration cautionnée par nos élus depuis des décennies.

Certains osent nous parler d’Europe, ce n’est plus supportable, il faut sanctionner ces voyous par les urnes. Vous l’avez compris, il y a longtemps que les politiques européennes n’arrangent rien et augmentent les crises. Il faut stopper le dumping social pratiqué  par certains pays sur les productions de fruits et légumes.

L’harmonisation rapide des charges et salaires, la régulation des importations sur le marché français.

L’embargo Russe ne sera  pas sans conséquence sur le marché français. En 2011 nous avons connu la crise E coli, le marché français s’est retrouvé inondé des produits étrangers invendus, cela a tiré les prix vers le bas et provoqué une crise sur toutes les productions du territoire français. Cet embargo risque d’entrainer une situation similaire.

La France ne doit pas être «  le plan B » commercial de l’Europe.

L’agriculture locale, méditerranéenne, nationale est un pilier économique induisant des emplois directs et indirects.

Le Front national va tout mettre en œuvre afin d’aider notre agriculture, nos députés européens vont nous aider, pour cela il faut leur présenter des dossiers, et les accompagner. Me concernant j’y veillerai personnellement ».