Communiqué de presse

« Emmanuel Macron et son Premier Ministre ont déclaré vouloir faire du handicap une priorité. Une intention que l’on peine à discerner dans les actes.

Ainsi, les 100 € annoncés d’augmentation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) seront attribués, mais en deux fois et pas avant fin 2018.

L’AAH restera en-dessous du seuil de pauvreté. Il y avait pourtant urgence à améliorer de façon conséquente le pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap qui vont par ailleurs être pénalisées par la baisse de l’APL.

Sur le plan du logement, le Président de la République considère que les normes d’accessibilité constituent un frein à la construction, ce qui va à l’encontre des propositions des associations du handicap qui se battent pour une accessibilité universelle.

Enfin, la terrible baisse prévue des dotations aux collectivités territoriales va gravement impacter les politiques publiques départementales en direction des personnes en situation de handicap.

La priorité d’Emmanuel Macron est de réduire les dépenses publiques, pas de répondre aux besoins des personnes en situation de handicap.

Pour ma part, en tant que Vice-présidente du Conseil départemental chargée du handicap, je continuerai d’exiger aux côtés des associations une reconnaissance des droits des personnes en situation de handicap ».

Françoise FITER, élue départementale PCF