Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) communique :
« Les Cours d’Enseignement de Langues et Culture d’Origine (ELCO) à l’Ecole publique sont critiqués à Perpignan, car certains véhiculent l’islam. Nous constatons que la polémique sur ce dispositif réservé aux populations étrangères, ou d’origine étrangère, est orchestrée par les tenants du clientélisme politique. Parallèlement, les autorités académiques des Pyrénées-Orientales n’économisent aucun effort pour informer les parents d’élèves. Ce mois de février 2016, ceux de l’école Anatole France de Perpignan reçoivent un document incitatif, stipulant : « votre enfant peut recevoir à l’école un enseignement de langue turque sous la responsabilité et le contrôle du Ministère de l’Education nationale ».
Convergence Démocratique de Catalogne s’étonne que l’inspection académique fasse du zèle pour le turc, tout en bloquant le catalan. En effet, cette instance n’adresse jamais aux parents aucun document promotionnel consacré à la langue du pays.
A l’inverse, à la rentrée prochaine, l’arbitraire des fonctionnaires locaux réduira l’enseignement en langue catalane, dans le cadre de la réforme des collèges. Or, le ministère de l’Education nationale ne souhaite pas le recul de cette offre linguistique très populaire et enracinée. La volonté de Mme VALLAUD-BELKACEM est dévoyée ici par un corps administratif idéologique, qui dissuade les parents envers le catalan, tout en encourageant le turc. CDC n’est pas opposé au turc ou toute autre langue à l’école. Mais la marginalisation du catalan, langue du territoire et de son identification, est aberrante et révoltante ».
Pièce jointe :
Document émis par les autorités académiques des Pyrénées-Orientales, février 2016
« Cours de langue turque à l’école Anatole France ».