Si la candidature du désormais simple conseiller municipal et communautaire d’Opposition de Perpignan, Brice LAFONTAINE – ex secrétaire général du parti catalaniste indépendantiste Unitat Catalana (UC) – semble avoir été définitivement écartée des possibles investitures par le comité régional du mouvement politique En Marche!, du nouveau président de la République Française, Emmanuel MACRON, d’autres candidats se pressent, avec plus ou moins de légitimité, au portillon des validations des candidatures…

Sur la 1ère circonscription : outre Jacques CRESTA, député sortant socialiste, conseiller régional, on apprend que Romain GRAU (LR/ Les Républicains), 1er adjoint de la Ville de Perpignan, conseiller départemental, P-DG d’EAS-Industries, est également en piste. Ce dernier se serait d’ailleurs rendu (à confirmer) la semaine dernière à Albi (Tarn), plus précisément le 4 mai,  pour y rencontrer Emmanuel MACRON qui y tenait un meeting. D’autres personnalités roussillonnaises étaient d’ailleurs présentes ce jour-là : Yves PORTEIX, maire de Sorède, venu avec l’architecte Jean-Claude KAISER, ancien conseiller général et adjoint de la Ville de Perpignan. Autour d’eux, on pouvait croiser Carole DELGA (PS), présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, Philippe SAUREL (PS/ Dissident), maire de Montpellier, de très nombreux élus de l’Aveyron, du Lot et du Cantal. Entr’autres. Il se raconte que Romain GRAU et Emmanuel MACRON, qui ont à peu près le même âge, se seraient connus sur les bancs de l’ENA… A suivre.

Sur la 2ème circonscription : ce serait une parfaite inconnue (en politique locale), une certaine Frédérique LIS, qui tiendrait la corde, sachant qu’Alain GOT (UDI), maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, aurait lui aussi fait acte de candidature…

Sur la 3ème circonscription : il serait toujours question pour En Marche! de soutenir une candidature de la secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Ségolène NEUVILLE, par ailleurs conseillère départementale et 1er secrétaire de la fédération catalane du Parti Socialiste.

Sur la 4ème circonscription : la logique impose Sébastien CAZENOVE, domicilié dans les Aspres, même si Yves PORTEIX, maire centriste de Sorède, fidèle compagnon de François BAYROU, aurait fait acte de candidature, tout en confiant que « CAZENOVE reste naturellement et légitimement le candidat d’En Marche! sur la 4ème. Il est le référent départemental d’Emmanuel MACRON et, depuis le début, il a retroussé les manches pour ancrer le mouvement sur le sol roussillonnais ». Soulignons ici que Yves PORTEIX est l’un des rares maires du département à avoir parrainé la candidature élyséenne d’Emmanuel MACRON. Il a eu du flair ! Et sans hésitation, car il se reconnaît parfaitement dans les valeurs et le programme du nouveau président de la République Française.

D’autres noms de personnalités locales circulent en ville comme on dit, dont celui de Clotilde RIPOULL, centriste. On parle également d’un certain Fabrice VILLARD (UDI), ancien Directeur de cabinet de Jean-Paul ALDUY, alors sénateur-maire centriste de Perpignan… Au sujet de ce dernier, il peut se targuer d’avoir eu hier un superbe cadeau d’anniversaire, lui qui soutient à fond le candidat MACRON et qui fêtait donc hier dimanche 7 mai (comme Jean-Claude KAISER) ses 75 ans « dans la joie et la bonne humeur ». Précision de Jean-Paul ALDUY : il n’est candidat à rien, à aucun poste, à aucune fonction. Son soutien à Emmanuel MACRON : c’était juste pour le fun, juste pour le plaisir ! Mission accomplie.