Communiqué de presse.

 

« La Macronie et l’Europe sans le peuple !

(A Perpignan, le 26 / 05 / 2019),
Les résultats des élections européennes confirment la gravité de la crise politique qui affecte la France. Malgré un léger regain de participation, on ne peut décemment se satisfaire que la moitié des électeurs ne soit pas allée voter ce dimanche 26 mai. La Macronie et l’Europe fonctionnent sans le peuple. Le pire est qu’ils s’en satisfont aisément.
La responsabilité du Président MACRON, fidèle rempart d’un système à bout de souffle, est lourde. Il s’est échiné à instaurer un clivage factice opposant « progressistes » et « nationalistes ». Le pseudo duel entre l’extrême marché (La République en marche) et l’extrême droite (Rassemblement national) n’était en définitive qu’un duo destiné à occulter les véritables enjeux du scrutin. Le Président de la République prend ainsi le risque de rehausser le plafond de verre qui limitait fort heureusement le Rassemblement National / Front National.
Emmanuel MACRON avait fait de ces élections européennes un test personnel. Il n’est désormais soutenu que par à peine plus de 20% des suffrages exprimés sur 50% de l’ensemble du corps électoral. Dans ces conditions, il n’est plus en capacité de gouverner, et qui plus est de réformer à la hache comme il le prévoit pour les services publics et les retraites, un pays dont les trois quarts des citoyens s’opposent résolument à une telle politique de casse sociale. L’impasse est totale, sauf à violenter une fois de plus les légitimes aspirations du peuple.
Le score de la liste de La France Insoumise est décevant, en deçà des espérances, même si la résistance dans les Pyrénées-Orientales est plus forte qu’au niveau national. Ces élections européennes constituent pourtant pour La France Insoumise un point d’appui pour les combats à venir. Elle passe d’un seul député européen à un collectif d’une demi-douzaine de députés qui seront au Parlement européen les tribuns du peuple.
Quand le peuple, faute d’espérance mobilisatrice, fait défaut, ce sont les nuances de droite et d’extrême droite qui occupent le devant de la scène. La stratégie de La France Insoumise, « fédérer le peuple », doit être approfondie. C’est elle qui permettra l’avènement du changement radical auquel nos concitoyens aspirent, et qui se nomme « révolution citoyenne ». »